Actualités

Union africaine : Josefa Sacko veut faire de l’agriculture une priorité

La mise en oeuvre de l’Agenda 2063 est l’une des priorités de la nouvelle Commission de l’Union africaine pour les quatre prochaines années. Josefa Sacko, commissaire à l’agriculture et au développement durable, estime qu’un fort investissement dans l’agriculture peut permettre de tenir cet agenda.

« Nous avons une facture d’importation de 45 milliards de dollars par an, alors que l’Afrique dispose de 60 % de terres cultivables de la planète. Il faut apprendre à tirer profit de cet avantage et tirer aussi les leçons de la Covid-19. Notre dépendance vis-à-vis des importations a assez duré « , assure Josefa Sacko. Selon l’agronome angolaise, les catastrophes naturelles comme le cyclone Idai et la pandémie de la Covid-19 ont montré la nécessité de disposer de réserves alimentaires pour faire face aux imprévus.

« C’est pourquoi nous avons déjà lancé des pistes », explique-t-elle. « Nous travaillons avec la Banque africaine de développement et la banque africaine d’import-export Afreximbank pour voir si nous pouvons mettre en place une réserve alimentaire sur le continent. Nous voulons tirer les leçons de la pandémie et développer des agro-parcs pour la réserve alimentaire. Depuis le début de la Covid-19, nous nous sommes aperçu que les nombreux pays, principalement en Afrique de l’Ouest, qui vivaient des importations de riz, notamment sur le marché asiatique, se sont retrouvés bloqués par la fermeture des frontières. On se doit de réagir. »

Aider les agricultrices à accéder à la propriété

En Afrique, l’agriculture occupe 70 % de la population et les femmes représentent 60 % de la main-d’œuvre. Seul un 1/5 des travailleuses rurales possèdent leurs propres terres. Leur difficulté à obtenir un accès à la propriété empêche leur recherche de financement. « L’accès à l’innovation, la science et le numérique est aussi fondamental que l’accès au financement. Si une personne possède sa terre, elle va pouvoir obtenir des aides de sa banque et négocier plus facilement un financement », avance Josefa Sacko.

L’Union africaine mettra bientôt en oeuvre les recommandations du rapport conjoint sur l’Afrique rurale où quatre domaines d’action sont privilégiés, à savoir la mise en oeuvre de la stratégie de développement territorial et de création d’emplois, la gestion durable des terres et des ressources naturelles et l’action en faveur du climat.

« Nous avons sélectionné de grands think tanks africains et européens pour travailler ensemble. Pendant six mois, ce groupe de travail s’est réuni en Belgique, où nous avons bénéficié d’un grand soutien de l’Union européenne pour rédiger notre rapport sur l’Afrique rurale », conclut la commissaire à l’agriculture et au développement durable de l’UA. En plus de l’agenda 2063, l’Union africaine est guidée par la déclaration de Malabo, dans laquelle les chefs d’État se sont engagés à investir 10 % de leur budget annuel dans l’agriculture. En 2020, seuls quatre pays étaient en mesure d’atteindre cet objectif d’ici 2025.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page