Société

Un réseau d’avortements qui a tué 20 jeunes filles et plus de 300 fœtus démantelé à Yaoundé (vidéo)

Un groupe de jeunes étudiants en médecine, ayant fait de cette activité illégale leur source principale de revenus pendant cinq années, a été démasqué à la suite d’une enquête journalistique dont l’issue a été présentée hier au journal d’équinoxe.

Une f emme enceinte tenant un enfant, illustration (c) Droits réservés

Le cerveau du groupe, un étudiant d’une école de médecine privée située à Yaoundé a été arrêté selon le reportage diffusé au journal de 20 H du lundi 20 juillet 2020 par nos confrères d’Equinoxe TV. Il a affirmé, opérer de concert avec des ainés académiques et surtout, certaines formations hospitalières publiques.

Les jeunes filles, matière première de l’industrie

Les jeunes filles notamment des élèves âgées entre 15 et 20 ans, sont les cibles privilégiées de ce business aux antipodes de la loi camerounaise. Si plus de 300 de ces filles ont à travers ce réseau, pu se débarrasser avec succès de leur fœtus, d’autres n’ont pas connu la même chance. En effet, 20 d’entre elles, ont malheureusement trouvé la mort à la suite d’une tentative d’avortement, toujours selon les informations relayées au cours de ce reporte d’Equinoxe TV.

Le procureur de la République près le tribunal de Première instance de Yaoundé a instruit une enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire. De même, l’ordre national des médecins qui n’a pas manqué de dénoncer ces actes, assure mener ses investigations et par la suite, communiquer efficacement sur ce scandale. Le scandale n’a sans doute pas fini de livrer son suspens.


Newsletter :

Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page