Société

Top 10 des plus grands projets structurants en Afrique

La plupart des pays africains se fixent pour objectifs d’être émergents dans les horizons déjà connus, tenant pour arguments entre autres, la réalisation future de leurs grands projets structurants entamés, lesquels leur permettra de mériter ce statut. Lebledparle.com vous propose ci-dessous, une liste de 10 grands projets du continent de Nelson Mandela.

Barrage de Grand Inga (c) Droits réservés

1.)  Barrage de Grand Inga

Programmé pour débuter en décembre 2016, le barrage de Grand Inga, un projet de barrage hydroélectrique à Inga Falls sur le fleuve Congo en République démocratique du Congo(RDC) a été freiné cinq mois avant, à cause du retrait du financement par la Banque mondiale(BM), né des désaccords survenus entre les deux parties. Pourtant, réalisé, le barrage de Grand Inga serait le plus grand projet structurant en Afrique. Construis, il sera près de deux fois plus grand que le barrage des Trois Gorges en Chine en terme de production hydroélectrique, par conséquent, le plus grand projet au monde. Conçu pour produire en moyenne 39 000 MW par an, le barrage de Grand Inga devrait coûter environ 100 milliards de dollars, coût des lignes de transport pour transporter son électricité à travers le reste du contient y compris. 

2.)  La nouvelle capitale de l’Égypte

La nouvelle capitale de l’Égypte l’un des plus grands mégaprojets en Afrique. Il s’agit de la construction de logements dans une nouvelle capitale administrative de l’Égypte située à 45 kilomètres à l’est du Caire. Même si elle est encore à nommer, la ville intelligente est achevée mais la livraison est fixée dans un an. La ville en question compte : 21 quartiers résidentiels et 25 quartiers commerciaux. Elle sera également constituée d’un parc de loisirs deux fois plus grand que Central Park à New York, 90 kilomètres carrés de fermes d’énergie solaire et plusieurs lacs artificiels. Bien plus, la nouvelle capitale de l’Égypte possèdera un parc technologique, 40 000 chambres d’hôtel, un parc à thème quatre fois plus grand que Disneyland, 2 000 établissements d’enseignement, 1 250 mosquées, 663 hôpitaux et cliniques, et un nouvel aéroport international. Vu sous cet angle, le transfert des ministères du gouvernement, des ambassades étrangères, du parlement et des palais présidentiels dont le cout est estimé à 45 milliards de dollars est prévu entre 2020 et 2022.

3.) Ville technologique de Konza

Dans le but de stimuler sa croissance économique et attirer les investisseurs, le Kenya a opté pour la construction d’une ville technologique de 14,5 milliards de dollars dans le comté de Machakos nommée Konza City. Cette dernière, située à 64 kilomètres au Sud de la capitale politique kényane Nairobi, reproduite sur la Silicon Valley américaine. Ce qui lui confère le surnom de «African Silicon Savanna».

L’externalisation des processus commerciaux, le développement de logiciels, les centres de données, les centres de reprise après sinistre, les centres d’appels, les industries de fabrication légère et les instituts de recherche sont entre autres, les buts visés par Konza City.

4.)  Raffinerie de pétrole de Dangote

Connu comme l’homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote est aussi propriétaire de la Raffinerie de pétrole Dangote localisé dans le district d’Ibeju Lekki, une périphérie de Lagos au Nigéria.  Pour un coût estimé entre 12 et 14 milliards de dollars, une capacité de traitement de 650 000 barils de brut par jour, la raffinerie est prévue pour générer 9 500 emplois directs et 25 000 emplois indirects. Ce géant projet est conçu pour s’affirmer parmi les mastodontes en matière de raffinerie dans le monde dès 2022, année où elle devra entrer en activité. La raffinerie de pétrole Dangote produira aussi de l’essence et du diesel de qualité Euro-V, sans oublier du carburéacteur et du polypropylène. Il est à noter qu’environ 60% de la raffinerie de pétrole sera financé par le puissant homme d’affaires nigérian lui-même. L’autre partie ayant été arrangée par Standard Chartered Plc moyennant un prêt syndiqué de 3,3 milliards de dollars.

5.) Chemin de fer Lagos-Calabar

Le chemin de fer Lagos-Calabar de 1 400 kilomètres est incontestablement l’un des plus grands projets en Afrique. Estimé à coût de 10 milliards de dollars, il va relier les villes de Port Harcourt, Uyo et Aba. Une infrastructure qui va faciliter la circulation des biens et des personnes. Le chemin de fer Lagos-Calabar est examiné par Ameri Metro Inc et basé aux États-Unis, après une sous-traitance avec les Chinois qui n’ont pas pu lever les fonds.

6.) Port de Bagamoyo

Le port de swahili de Bagamoyo en Tanzanie construit par le China Merchants, est conçu pour traiter 20 millions de conteneurs par an d’ici en 2045. D’un coût de 11 milliards de dollars et principalement financé par la Chine, le projet compte parmi les plus grands du genre en Afrique de l’Est. Il est une entreprise de trois États entre la Tanzanie, la Chine et Oman.

7.) Chemin de fer à voie standard du Kenya

Le chemin de fer à voie standard du Kenya est présenté comme l’un des projets le plus ambitieux du continent africain. Le coût de Mombasa à Malaba s’élève à 9,9 milliards de dollars et s’étend sur 969 kilomètres construit sur plusieurs phases. Premièrement, la phase numéro 1 s’étend sur 472 km de Mombasa à Nairobi. Elle a été achevée au coût de 3,27 milliards de dollars. Pour sa part, la phase 2A de Nairobi à Naivasha, longue de 120 km, est actuellement en construction pour un coût de 1,5 milliard de dollars. Par ailleurs, la phase 2B du nouveau chemin de fer de Naivasha à Kisumu ; 270 km devrait coûter à son tour, 3,8 milliards de dollars. En fin, la phase 2C, d’une extension de 107 km de Kisumu à Malaba, consommera 1,31 milliard de dollars.

8.) Méga ville de Modderfontein

Inaugurés depuis 2015, les travaux de la proposition de Modderfontein New City en Afrique du Sud devraient s’achever dans 15, voire, 20 ans. Appelée Modderfontein Mega City, la métropole sud-africaine est large de 1 600 hectares et comportera des composantes commerciales, industrielles et résidentielles. Le projet de ville financée par la Chine s’élève à 8 milliards de dollars.

9.) Le projet hydroélectrique de Mambila

C’est pour soutenir sa production en énergie que le Nigeria a entrepris de construire le méga barrage baptisé Mambila Hydroelectric Power Project. Entrepris société chinoise Sinohydro Corp pour un coût de 5,8 milliards de dollars, le barrage dont l’installation a été prévue depuis plus de 30 ans sera connecté à trois barrages sur la rivière Donga dans l’État de Taraba, au Nigéria. L’installation quant à elle, aura une capacité totale de 3 050 MW d’électricité

10.) Grand barrage éthiopien

Une fois construis, le barrage du Grand Ethiopian Renaissance sera la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique et le 7ème au monde dès qu’il est achevé puisque les travaux débutés en 2011 sont réalisés à 70%. Conçu pour une production de 6 000 MW, le barrage anciennement connu sous le nom de barrage du Millénaire en construction sur le Nil Bleu à Benishangul-Gumuz en Ethiopie. Selon les experts, le réservoir mettra 15 ans pour remplir.

Newsletter :

Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page