Santé

Technologie et santé : la concentration, le grand défi du 21e siècle

L’usage excessif de la technologie, et surtout de nos écrans, nuit à notre santé et à notre travail.

Différents rapports ont prouvé qu’au fil du temps, notre concentration et notre productivité baissent et que notre sommeil est affecté par les écrans que nous consultons à longueur de journée.

Nos gadgets, une addiction !

« Celui qui est sous l’emprise de la technologie est quelqu’un qui est dans l’addiction. L’addiction est la dépendance à une certaine activité de sorte que les autres ne comptent plus « , explique le Professeur Messanga Gustave Adolphe, chercheur en psychologie sociale.
Une étude de Kaspersky révèle que les Smartphones baissent notre productivité de 26%.


A cause de notre attachement à nos téléphones, tablettes, ordinateurs ou jeux vidéo, nous ne sommes plus intéressés par nos activités journalières, notre vie normale :  » puisque la technologie a rempli tout notre temps, toute notre énergie et tout notre intérêt « , ajoute le Professeur Messanga.

La concentration, le grand défi du 21e siècle

De nos jours, il devient de plus en plus difficile de rester concentré sur une tâche.
Selon une étude réalisée par Microsoft, la capacité de concentration de l’homme est passée de 12 à 8 secondes en dix ans.
Notre FOMO (Fear of missing out – l’angoise de passer à côté d’une information) augmente au fur et à mesure que les appareils deviennent plus sophistiqués.
Mais ceci n’est pas anodin, selon Hernesto Hane, directeur d’innovation dans une agence de communication à Dakar (Sénégal).
Il estime que les géants de la Tech nous maintiennent connectés grâce à des méthodes bien précises telles que la validation sociale:
 » C’est le fait d’exploiter les faiblesses humaines par rapport à notre besoin d’appartenance à notre société. Ce sont des motivations qui sont ultra puissantes. Par exemple, quand on poste une photo sur Facebook. Et Facebook via son algorithme, met cette photo en avant auprès de notre communauté « .
L’idée est que plus les personnes réagissent, plus nous rentrons sur la plateforme pour vérifier qui a commenté, partagé ou liké votre photo.
Insomniaque à cause de nos portables
L’utilisation excessive de la technologie perturbe également notre sommeil.
 » Le cerveau fonctionne juste comme un ordinateur. Il est programmé. Lorsqu’il voit la lumière du jour ou la lumière bleue, lui va interpréter cela comme s’il s’agit de la phase du cycle journalier donc il ne va pas enclencher tous les mécanismes ou processus qui vont nous permettre de nous endormir « , explique Faustin Etindele, chercheur.

Lorsque cela se répète, nous devenons sujet à de l’insomnie, un retard d’endormissement ou un sommeil perturbé.

Quelques astuces

Voici trois moyens qui vous permettront d’éviter d’être accro à nos gadgets :
Désactivez les notifications ! Elles vous distraient et vous font passer d’une idée à une autre :
Utilisez votre agenda afin de réserver un temps précis dédié à la consultation de vos mails et autres messages sur votre téléphone ou votre ordinateur ;
Faites bon usage de l’option ‘Ne pas déranger’ de votre téléphone afin de planifier des moments de déconnexion à votre réseau internet ;
Et surtout pas d’écran avant de vous coucher. Evitez d’utiliser votre Smartphone ou ordinateur avant de dormir.

Les Jeux vidéo, ennemi de nos cerveaux ?

Les jeunes aussi sont affectés par l’utilisation excessive des jeux vidéo, mais aussi aux téléphones intelligents et à la télévision.
« Beaucoup d’entre eux se retrouvent avec des problèmes de perception, ils ont des problèmes d’attention… Ils ne sont pas attentifs à ce qui se passe dans leurs milieux. Ils ont des problèmes de mémorisation « , explique Faustin Etindele.
Pour lui, les informations que les jeunes reçoivent à travers les nouvelles technologies ont tendance à saturer les circuits neurologiques actifs de leurs cerveaux.

Source : AfriqueFemme.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page