Actualités

Somalie : l’ONU appelle à la reprise des pourparlers sur les élections

Le Conseil de Sécurité de l’ONU appelle le gouvernement fédéral et les Etats régionaux à reprendre les pourparlers sur la tenue des élections.

L’Etat de la Corne de l’Afrique est dans une impasse politique après la fin officielle du mandat du président Mohamed Abdullahi Mohamed, surnommé Farmajo. L’opposition remet en cause sa légitimité alors qu’il brigue un second mandat.

« Les membres du Conseil de sécurité appellent les dirigeants somaliens à reprendre d’urgence le dialogue et à ouvrer ensemble dans l’intérêt du peuple somalien pour parvenir à un consensus sur les modalités de la tenue d’élections inclusives dès que possible. A cet égard, nous prenons note de l’annonce de nouveaux pourparlers le 15 février », a déclaré Barbara Woodward, représentante permanente du Royaume-Uni, et présidente du Conseil de sécurité pour le mois de février.

En septembre dernier, un accord avait été conclu pour tenir un scrutin avant le 8 février. Le président Farmajo accuse depuis deux des cinq états régionaux, le Jubbaland et le Puntland, de ne pas respecter cet accord. L’alliance de l’opposition appelle pour sa part au respect de la Constitution et la formation d’un Conseil de transition pour conduire le pays aux prochaines élections De nouveaux pourparlers devraient avoir lieu le lundi 15 février.

Attaques d’al-Shabab

L’incertitude sur les élections est propice à l’exploitation par le groupe extrémiste al-Shabab, basé en Somalie, qui a menacé d’attaquer le scrutin. Vendredi dernier, le groupe terroriste a lancé une série de documentaires critiquant le président et le processus électoral. Al-Shabab a attaqué la ville qui accueillait les pourparlers électoraux la nuit de l’arrivée du président et la nuit suivante. Personne n’a été tué dans la ville, mais les forces de sécurité ont tué quatre assaillants et en ont arrêté deux la deuxième nuit.

Pendant ce temps, la Somalie s’adapte au retrait de quelque 700 militaires américains, un processus qui s’est achevé à la mi-janvier. Elle doit faire face à une nouvelle secousse sécuritaire alors qu’une force de l’Union Africaine de près de 20 000 hommes doit se retirer d’ici la fin de l’année.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page