Sénégal : FOOT Vs MIGRATION ! (Par Moustapha Diop)

34

«RUSSIA 2018», voici un chaud et vibrant été pleinement rempli, qui vaudra bien sa place dans les annales et chroniques sportives mondiales ainsi que dans celles des brassages des peuples. Pour avoir ce privilège, l’ex-URSS : froide et mythique a subi une mutation liftée et, déployer le must du charme slave pour étrenner le privilège de devenir l’horizon mondial qui captive l’attention de milliards de terriens où frétillent et jubilent les adeptes du dieu Foot, dans des sites pittoresques et des stades toujours accueillants, colorés et remplis.

En déroulant un immense tapis vert au monde pour cette 21e édition de la Copa Mundial, Vladimir Poutine, maitre d’œuvre incontesté de cette grande messe, s’emploie à offrir au monde, un mois de décompression totale fut-il passionnel. Une belle occasion qui lui permet aussi de jouer sa partition, surtout que beaucoup de ses pairs occidentaux avaient décidé de boycotter la ‘’RUSSIA 2018’’, en guise de soutien à l’Angleterre au sortir de l’affaire ‘’Skripral’’, une affaire d’empoisonnement d’un espion double russe sur le sol britannique.

Vladimir Poutine est presque au nirvana notamment en ce 1er Juillet avec l’accession de son équipe aux quarts de finale.

Une plénitude qu’il ne partagera cependant pas avec ses pairs occidentaux. Eux qui, pendant que le ‘’mondial’’ s’occupait ce 28 Juin, du sort des – 16 potentiels détenteurs du trophée Jules Rimet- ; étaient en conclave pour exorciser leurs hantises existentielles provoquées par des hordes de «boats-peoples tous venants».

Cette masse résiduelle issue des Peuples du 1/3 monde. Ces hallucinés de l’Eldorado du Nord, que rien ne semblait retenir ni dissuader. Ni l’armada des gardes côtières (Frontex), pas même l’appétit d’ogre de l’Atlantique et de la Méditerranée qui engloutissent sans discernement femmes et enfants.

Pour éradiquer définitivement cette excroissance qui prend racine dans la partie sud de son corps (Espagne et l’Italie), l’Union Européenne (U.E) décide de prendre le taureau par les cornes en allant inclusivement à l’assaut de cette immigration dont « la saison d’été » semble devenir un allier organique. A l’image de leurs devanciers réunis à Berlin en 1885 pour se partager l’Afrique, ses ressources et ses hommes. ; Les 28 membres – 133 années – plus tard, cogitaient sur les voies et moyens de se protéger de ces envahisseurs désincarnés et efflanqués issus de cette même Afrique.

A Bruxelles, au petit matin de ce 28 juin, les 28 membres, tous bâillant à se décrocher la mâchoire, éreintés par une longue soirée de veille, se congratulaient d’avoir «trouver la parade » pour contrer l’invasion cyclique de ces radeaux de la méduse. Ils sont tous tombés d’accord pour valider et assumer leurs choix sécuritaires : quid des atermoiements humanitaires ?

Il ne serait plus question de jouer à l’angélisme (Angela Merkel (la dame de cœur) ni au moraliste (Emmanuel Macron) qui, soit dit en passant, converge totalement vers Mattéo Salvini le ministre (extrême droite) de l’intérieur d’Italie, dont la profession de foi durant sa campagne législative était « Immigration zéro tolérance ». Même la Hongrie qui avant l’heure s’était emmurée de barbelés électrifiés était épargnée de blâmes.

Dorénavant, devant l’histoire, tous mettront leurs mains dans le cambouis. Les recommandations sont que tous les Etats-membres se serrent les coudes. Que chacun prenne des mesures en interne pour ne pas favoriser les déplacements des migrants entre d’un état à l’autre. La protection des frontières doit passer par le renforcement rigoureux des règles et textes régissant les conditions d’accueil.

Les mesures structurantes ont été aussi passées en revue dont : Le renforcement des structures de prévention côtière ; la multiplication des sites de tris et de recasement ; la multiplication des fameux « Hot spots » dont leur gestion est laissée à l’appréciation des pays d’accueils. Et où, semble-t-il, malgré l’exiguïté des lieux, on trouve les moyens de susciter et laisser prospérer une discrimination inter-migrant.

A côté de ces Hot spots, par acquis se conscience, pour ne pas trop ternir leur image devant l’histoire, il est demandé facultativement, aux membres d’ériger sur leur sol respectif, des centres d’accueils « aussi infimes fussent-ils » pour recevoir « la crème », triée, aseptisée et fichée. Aucune obligation ni mesures coercitifs à l’égard des réfractaires n’étant envisagées. L’histoire retiendra ! Mais, c’est encore mieux que …. Dachau et Auschwitz.

La France, paragon de la « liberté, égalité, fraternité » par la voie de son Président déclare « qu’elle n’ouvrira aucun centre d’accueils sur son sol » mais, plus tard « Elle pourrait bien en prendre 3000 migrants » sur les 270 000 selon les prévisions de l’Organisation Internationale de l’Immigration OMI. «J’ai honte, prendre notre part d’accueil des migrants, est un devoir moral et politique pour la France.» dixit Benoit Manon à la clôture de la convention nationale de son mouvement.

Outre-Atlantique, le même ‘’Syndrome immigro déficitaire acquis ‘’ foudroya « le grand et puissant Oncle-Sam ». Sauf qu’ici, comme à l’accoutumée «Master President » mit les pieds dans le plats, dans son obsession à dégrafer la signature et à déconstruire la gouvernance de son prédécesseur Barack Obama 44 éme Président des states. Authentique et illustre icône de l’immigration.

Trump dit : « Immigration… (Yes I can) : mais je sépare l’enfant de 2ans à sa mère, le gosse de 7 ans à son père ». Suffisant pour provoquer un tsunami de toutes les femmes du monde y compris sa douce moitié. L’une d’elles lui vociféra sur le parvis de la maison blanche « Master Président avez-vous oublié que l’immigration est le socle de la puissante United States ». Trump étant lui-même descendant immigré allemand. Le géniteur de la fratrie Trump ayant émergé des registres de l’immigration dès 1885. Année de partage de l’Afrique provoquée par l’Empereur Allemand Bismarck.

Evidemment, les causalités de cet anathème humanitaire (immigration) qui agite et confond les puissants de ce monde ont été suffisamment théorisées et explicitées. Elles eurent pour nom depuis la nuit des temps : Exploitation de l’homme par l’homme ; spoliation du 1/3 monde ; détérioration des termes de l’échange ; pillage des ressources de l’Afrique. Mais, elles ne sont pas prêtes à être prises à bras le corps par ces derniers et leurs suppôts locaux qui les suscitent et les régulent selon leurs convenances aux fins uniquement mercantilistes.

Pour l’heure, le Foot s’en tire (la migration) à cœur joie et semble bien valider le postulat de l’homme de culture et visionnaire Léopold Sédar Senghor : « Le meilleur des monde sera celui du donnée du recevoir, un monde de peuples métissés ». La France a suffisamment compris, elle dont l’équipe avec son attaque et sa garde ‘’Black-Beur-blanc’’ caracole durant cette « RUSSIA 2018’’ vers une 2éme couronne.

                                                                                                                                          Moustapha Diop                          
[email protected]

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here