RDC : plaidoyer pour un retour « sécurisé » de Katumbi

62

Kinshasa (© 2018 Afriquinfos)- Des membres de la plateforme « Ensemble pour le changement » de Moïse Katumbi demandent aux autorités de RDC d’exempter leur leader de tout souci sécuritaire à son retour au pays en vue de participer à une probable élection présidentielle prévue en décembre prochain. Mais, pas vraiment facile.

Le Moïse Katumbi rentrera-t-il en juin comme prévu pour participer à l‘élection présidentielle fixée au 23 décembre prochain par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ? C’est en tout cas le vœu le plus ardent des membres du mouvement « Ensemble pour le changement » dont il est le président-fondateur.

Seulement voilà. C’est aussi en juin qu’est prévu le procès de l’ex-gouverneur du Katanga poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation dont “ recrutement de mercenaires”, “atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l‘État” et « usurpation de nationalité ». Des motifs qui pourraient lui valoir une arrestation dès son arrivée en juin prochain à l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa.

RDC : plaidoyer pour un retour « sécurisé » de Katumbi
RDC : plaidoyer pour un retour « sécurisé » de Katumbi

Dès lors, face à un tel épouvantail judiciaire, les partisans de Katumbi multiplient des plaidoyers en faveur de la sécurisation de l’arrivée de leur leader. À l’image de cette pétition signée par une cinquantaine d’ONG et de mouvements “citoyens “ demandant un retour « sécurisé » du président du club de football Tout-puissant Mazembe.

« Nous voulons montrer au monde entier que l’exigence de retour de Moïse Katumbi et sa participation libre aux prochaines élections ne sont pas des questions qui préoccupent seulement la plate-forme Ensemble pour le changement. Ce sont des questions qui sont portées très largement par la population congolaise dans toutes les provinces et dans toutes les couches populaires », explique Delly Sessanga, secrétaire général d’Ensemble pour le changement cité par le quotidien congolais Les Dépêches de Brazzaville.

Une sortie qui intervient plus d’un mois après la déclaration de Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, coordonnateur de cette plateforme électorale dans le Katanga : « Qu’il pleuve ou qu’il neige, Katumbi rentre au mois de juin pour participer aux élections. Les gens du pouvoir doivent le savoir, il n’y aura jamais d’élections dans ce pays sans Moïse Katumbi. Nous sommes sérieux ».

Xavier-Gilles CARDOZZO

Afriquinfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here