Santé

Quels probiotiques pour les mycoses vaginales ?

Probiotiques et mycose vaginale : quel est leur lien ?

La mycose vulvaire et vaginale est une infection fongique sans gravité qui touche la zone génitale féminine lorsque sa microflore résidente est déséquilibrée. Elle provoque une vaginite et une vulvite se manifestant par des démangeaisons, des irritations, des brûlures, des pertes blanchâtres et une odeur désagréable. Afin de ne pas la confondre avec une cystite, une infection urinaire ou une vaginose bactérienne, il est important de la faire diagnostiquer par un médecin ou un gynécologue.
Elle apparaît lorsque la population de probiotiques du microbiote vaginal n’assure plus son rôle efficacement. Ces micro-organismes vivants de la famille des ferments lactiques sont notamment chargés d’empêcher la prolifération des levures pathogènes. Le champignon responsable de la mycose vaginale est le candida albicans naturellement présent au niveau de la muqueuse intime. On parle alors plus spécifiquement de candidose.

La flore vaginale peut être déstabilisée lors de périodes de bouleversement hormonal comme la grossesse, la ménopause, les menstruations ou la puberté. Parfois, c’est à la suite d’une prise de médicaments comme des antibiotiques ou — paradoxalement — des antifongiques. Dans certains cas, c’est le mode de vie qui perturbe la composition de la microflore : hygiène intime inadaptée, usage d’antiseptiques locaux, port de vêtements trop serrés, stress, fatigue, mauvaise alimentation, consommation de tabac ou d’alcool, etc..

Souvent, cette affection parasitaire connaît plusieurs récidives. C’est dans ce cadre-là qu’il est intéressant de prendre des probiotiques contre les mycoses vaginales en prévention ou comme complément des soins antimycosiques.
 
Utiliser les probiotiques pour lutter contre les mycoses intimes


Un apport extérieur en probiotiques est un excellent moyen pour rééquilibrer le microbiote vaginal et pour renforcer l’efficacité des traitements antifongiques. Les probiotiques luttent contre les germes nocifs en sécrétant de l’acide lactique limitant leur épanouissement et en produisant du peroxyde d’hydrogène, un antibactérien naturel.

On peut apporter des bactéries lactiques directement par voie locale, en utilisant des ovules, des gélules ou des capsules à insérer dans le vagin. On peut également procéder par voie orale en faisant transiter les probiotiques par la flore intestinale :
 
–  Par l’intermédiaire de l’alimentation : de bonnes bactéries aptes à enrichir le microbiote sont présentes dans les aliments riches en ferments lactiques. Les sources naturelles de probiotiques sont les produits laitiers fermentés (yaourts, fromage), les légumes lactofermentés (choucroute, miso), les boissons issues de la fermentation (kéfir, kombucha, bière et vin non pasteurisés).

– En prenant des compléments alimentaires de probiotiques : conditionnés sous forme de gélules gastro-résistantes, les produits Apyforme réunissent des souches de lactobacilles spécialement choisies pour leurs actions bénéfiques sur le microbiote intime. Renfermant certains des meilleurs probiotiques contre les mycoses vaginales, ils procurent un maximum de micro-organismes vivants cultivés en France.
 
Quelle que soit la source de bactéries lactiques pour laquelle vous optez, il est recommandé d’en consommer au moins 1 milliard par jour pendant un mois en prévention et au minimum 2 milliards en cas de mycose avérée. Seul un apport sous forme de complément alimentaire peut garantir une telle quantité de micro-organismes au quotidien.

L’action des ferments lactiques peut être renforcée par la consommation de prébiotiques, des fibres non solubles leur servant de nourriture comme l’inuline. Probiotiques et prébiotiques agissent en symbiotique pour former une barrière de défense naturelle, contre les germes pathogènes.
 
Quels sont les meilleurs probiotiques pour la mycose vaginale ?

Les micro-organismes les plus efficaces pour réensemencer la flore vaginale sont les lactobacilles. À eux seuls, ils représentent plus de 90 % de la population probiotique du vagin et de la vulve, contrairement au microbiote digestif qui contient également des bifidobactéries, des streptocoques, des lactocoques et des saccharomyces.

Dans la famille des Lactobacillus, certaines souches ont démontré de meilleurs résultats que d’autres pour aider à soigner une mycose vaginale. Parmi celles qui ont prouvé le plus d’effets contre les mycoses, on retrouve :

–   Lactobacillus Crispatus,

–   Lactobacillus Reuteri,

–   Lactobacillus Rhamnosus,

–   Lactobacillus Fermentum,

–   Lactobacillus Acidophilus.
 
En résumé, les plus efficaces des probiotiques pour la mycose vaginale appartiennent au groupe des Lactobacillus. Pour prévenir et guérir les vaginoses fongiques, ils peuvent être utilisés localement ou oralement.

 

Source : AfriqueFemme.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page