Actualités

Ouganda : la police menace les éventuels fauteurs de trouble

L’inspecteur général de la police ougandaise a prévenu les civils de ne pas traîner dans les bureaux de vote la semaine prochaine après avoir déposé leur bulletin dans les urnes sous peine de « regretter d’être né ».

« Nous essayons de protéger vos vies… Nous allons vous frapper pour votre propre bien », a déclaré le chef de la police Martin Ochola lors d’une réunion sur la sécurité avant les présidentielles du 14 janvier.

Ces déclarations surviennent alors que le pays est confronté à une élection tendue, qui a vu des candidats de l’opposition arrêtés, des rassemblements interdits et des manifestants tués dans des affrontements.

« Nous ferons un usage raisonnable de la force pour nous assurer que vous n’allez pas là où il y a un risque », a déclaré en riant Martin Ochola, dans une vidéo publiée par le Daily Monitor. Le chef de la police ougandaise a également lancé un avertissement : « Je voudrais assurer à tout le pays que quiconque cause des ennuis regrettera d’être né. »

Ces commentaires surviennent alors que l’opposition a appelé les électeurs à rester dans les bureaux de vote pour éviter les fraudes électorales. « C’est contraire aux directives de la Commission électorale », a prévenu Martin Ochola avant d’assurer « qu’il n’y avait aucune raison de craindre une fraude électorale. »

Les journalistes ont également été la cible d’attaques de la part des autorités, notamment ceux qui couvrent les candidats de l’opposition et les manifestations antigouvernementales. Certains ont été arrêtés, battus ou ont vu leur matériel confisqué ou détruit par la police.

Le chef de la police a justifié cette violence en assurant que ces hommes avaient « frappé des journalistes pour les empêcher de se retrouver dans des zones dangereuses. La police frappe parfois les journalistes pour les aider… pour leur propre sécurité », a-t-il déclaré, ajoutant « qu’il n’avait aucune excuse à faire. »

Menaces de prison

Lors de cette même réunion, le ministre de la défense et des anciens combattants, Adolf Mwesigye, a déclaré « Rien n’est arrivé aux familles de ceux qui se sont présentés aux dernières élections. La politique du NRM n’a jamais été de nuire aux opposants. »

Une façon de commenter la décision du candidat à la présidentielle, Bobi Wine, d’envoyer sa famille et ses enfants aux Etats-Unis avant le début des élections. Plusieurs candidats de l’opposition ont pourtant été emprisonnés depuis le début de la campagne et soumis à des menaces et à des intimidations.

« C’est un environnement qui ne facilite pas une élection libre et équitable », avait déclaré à Africanews Oryem Nyeko, chercheur à Human Rights Watch en Ouganda.

« Il y a une probabilité ou un potentiel que les élections ougandaises, la crédibilité des élections ougandaises soit sérieusement affectée », a-t-il dit.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page