Opération Épervier : Le président-directeur général de la SOCAEPE en fuite

181

Bekolo Mbang en fuite. C’est le titre de la grande Une du journal L’Indépendant en kiosque ce 15 avril 2019. 

Selon l’hebdomadaire, L’Indépendant, Jean Claude Bekolo Mbang est visé par une enquête prescrite par la Présidence de la République : « le président directeur général de la Société camerounaise d’Exploitation et de Distribution de l’Ensemble des Produits pétroliers (SOCAEPE) est visé par une enquête prescrite par la Présidence de la République ». Peut-on lire.

Si les détails de ce qui est reproché à Jean Claude Bekolo Mbang n’ont pas été signifiés, l’analyse de notre confrère renseigne quand même que la fin des temps de l’homme d’affaires camerounais est arrivée : « L’arrivée de Talba Malla à la tête de la SONARA a précipité la chute des marketeurs qui s’engraissaient sans contrepartie reversée à la Société Nationale de raffinage. L’arrivée tonitruante de Jean Claude Bekolo Mbang dans le milieu du pétrole il y a quelques années, nourrissait passion et controverse. Elle a diversement été appréciée. Certains considéraient le DG de SOCAEPE comme le fruit d’une génération spontanée. Ces hommes d’affaires propulsés à coût de passe-droits et de trafic d’influence et qui ne sont que parfois, de simples relais de mentors fortement ancrés dans le sérail. Depuis l’arrivée d’un nouveau DG à la SONARA, le robinet de tous ces trafics a été fermé. Et on a vu des stations SOCAEPE battre de l’aile. Le DG jadis célébré par des artistes musiciens, et qui menaient grand train, vivait ces derniers temps en reclus avant sa fuite du pays la semaine dernière », révèle Max Mpandjo, directeur de publication de ce journal.

En outre, l’on apprend dans ce même journal que « d’autres marketeurs vont passer à la trappe, épinglés qu’ils sont dans les enquêtes actuellement bouclées par les fins limiers du TCS (Tribunal Criminel Spécial)… la débande actuellement observée chez les marketeurs, met au grand jour la problématique de ces hommes d’affaires sans références, qui arrivent sur le marché camerounais, en véritables fossoyeurs de l’économie nationale. L’empire SOCAEPE vient ainsi de s’écrouler comme un château de cartes construit sur des sables mouvants ».

LeBledParle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here