Actualités

Nigeria : budget record et risque de récession pour 2021

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari a présenté jeudi devant l’Assemblée nationale un budget record pour 2021 au moment où son pays, première économie du continent africain, s’attend à faire face à une récession au troisième trimestre 2020.

Plus gros producteur de pétrole en Afrique subsaharienne, le Nigeria est frappé de plein fouet par la crise économique mondiale provoquée par la pandémie de coronavirus, qui a fait chuter les cours de l’or noir.

D’un montant de 13.080 milliards de nairas (28,9 milliards d’euros), le budget de 2021 est supérieur à celui présenté l’année passée d’environ 20%.

« Générer des revenus est notre principal défi« , a déclaré le président Muhammadu Buhari, alors que « notre économie fait face à un risque de récession pour la deuxième fois en quatre ans, avec des conséquences négatives importantes« .

« La croissance du PIB devrait être négative au troisième trimestre de cette année« , a prévenu le chef de l’Etat.

« Cependant, nous travaillons assidument à une reprise rapide de la croissance en 2021« , a-t-il ajouté.*

En 2021, le déficit devrait grimper à 4 980 milliards de nairas (11 milliards d’euros), soit un peu moins du tiers du budget total. Il devrait être « financé principalement par des prêts« , a précisé M. Buhari.

Ce n’est pas la première fois que son administration adopte un budget ambitieux, mais elle peine généralement à trouver les fonds pour le financer.

Soumis au contrecoup de la baisse des cours du pétrole, dont l’exportation représente environ 90% des recettes en devises étrangères du pays, et près des deux tiers du budget national, il devra emprunter aux institutions financières internationales s’il veut tenir son budget.

En avril, le Fonds monétaire international (FMI) avait approuvé un plan de financement d’urgence pour soutenir la lutte contre la pandémie au Nigeria à hauteur de 2,9 milliards d’euros.

Le géant anglophone de 200 millions d’habitants a déjà traversé une grave récession économique entre 2016 et 2017, conduisant à des millions de pertes d’emplois et une forte inflation, qui a dégradé le niveau de vie général. Plus de la moitié de sa population vit sous le seuil de pauvreté.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page