Culture

« MLK/FBI », un documentaire qui met en lumière la surveillance du pasteur

Dans son documentaire « MLK/FBI », Sam Pollard revient sur la surveillance constante et le harcèlement dont la figure du mouvement des droits civiques a fait l’objet.

C’est une des figures les plus importantes du mouvement des Droits Civiques. Mais peu de gens savent que Martin Luther King était constamment sous surveillance du FBI. Dans son documentaire « MLK/FBI« , Sam Pollard part à la redécouverte de la vie du Dr. King.

« Les gens qui regardent le documentaire vont apprendre que c’est un homme qui était à la tête du mouvement des droits civiques et qui dont il est probablement devenu le leader à contrecœur au début, lorsqu’il a en quelque sorte dirigé les gens lors du boycott des bus de Montgomery », explique Sam Pollard. « Ils vont apprendre que c’est un homme qui a mis sur pied une organisation phénoménale, la Southern Christian Leadership Conference. Mais en même temps, ils doivent savoir qu’il était surveillé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 par le FBI, chaque jour de sa vie. »

En coulisses, loin des discours enflammés et des menaces que recevait quotidiennement le pasteur baptiste, Martin Luther King devait balancer son activisme avec une vie privée. « Il avait une vie personnelle très compliquée, non seulement une femme et des enfants, mais aussi des liaisons avec d’autres femmes lorsqu’il était en déplacement » explique Sam Pollard.

« En 1967, il a réalisé qu’il devait se prononcer sur le Vietnam. En tant qu’homme intelligent, il savait qu’il serait repoussé non seulement par des gens de sa circonscription, par le mouvement des droits civils, mais aussi par le président américain Lyndon B. Johnson et par le gouvernement fédéral« .

Le documentaire « MLK/FBI » revient sur le discours de l’Eglise de Riverside en 1967, où il s’oppose à la guerre au Vietnam, mais s’attarde aussi sur la vie privée du pasteur. Le combat du Dr. King l’épuise.

« Ce que vous pouvez voir dans ce film, c’est un certain niveau de lassitude qui s’installe en quelque sorte dans son visage. Il a l’air fatigué. Il a pris froid pendant une de ces interviews, vous savez, il est un peu fatigué. Et je pense que c’est rare dans les vidéos disponibles du Dr King. Et je pense que c’est parce que nous faisons ce que j’appelle cette histoire parallèle où vous voyez ce que King traverse. Au même temps, le FBI repoussait les limites, essayant de trouver des moyens de discréditer et de détruire constamment la réputation du Dr. King« .

Dans les années 60, le FBI espionne et suit de très près Martin Luther King et les activistes de son mouvement. L’agence de renseignement intérieur envoie des lettres à la femme du pasteur pour discréditer Une note interne de W.C. Sullivan, numéro 2 du FBI à l’époque, va même jusqu’à qualifier le Dr. Martin Luther King d’homme noir le plus dangereux des Etats Unis.

MLK/FBI sortira en salles le 15 janvier, le jour de l’anniversaire du Dr.King.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page