Culture

Maradona, dieu du football et icône populaire

Diego Armando Maradona, Dieu du football, est mort à 60 ans.

Adulé par tout un peuple pour avoir porté la sélection argentine lors du Mundial victorieux de 1986, Diego Maradona était également une icône de la culture populaire pour son génie et ses frasques.

Le grand du football fut l’objet d’un documentaire éponyme projeté au Festival de Cannes en 2019.

« C’est juste une star. Il a un vrai charisme. Il y a des gens comme lui, de vraies personnes comme lui, qui devraient être sur le grand écran. Ayrton Senna avait ce charisme, Amy Winehouse aussi. Ils ont quelque chose de spécial. Les gens veulent s’approcher d’eux. Maradona débordait de charisme. Alors oui, il mérite d’être sur le plus grand écran, d’être vu par les gens et d’être célébré pour les choses incroyables qu’il a faites. Mais aussi pour comprendre certains excès, comprendre ses erreurs, et avoir un peu plus d’empathie pour lui », déclare le réalisateur Asif Kapadia.

Enfant des bidonvilles de Buenos Aires, Diego Maradona est mort un 25 novembre, à la même date que le leader cubain Fidel Castro, pour qui il avait une admiration sans bornes.

En 1987, il lui avait rendu visite, accompagné de quelques proches, dont son coach personnel, Fernando Signorini, qui avait également participé au documentaire d’Asif Kapadia.

« Je n’arrive pas à y croire maintenant, mais en 1987 il m’avait inclus dans son entourage pour rencontrer Fidel Castro à La Havane. J’ai fait partie de cette délégation. Nous avons passé six heures à discuter avec le Commandante, toute la nuit jusqu’à l’aube. Je me souviens encore qu’il lui avait appris à jouer au ballon ».

Immortalisé pour sa « Main de Dieu » contre l’Angleterre en 1986, Diego Maradona a captivé les foules pendant ses deux décennies de carrière, avec un style de jeu envoûtant qui lui était propre.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page