Politique

Manifestation du 22 septembre : Issa Tchiroma Bakary donne des leçons de politique à Maurice Kamto

Issa Tchiroma Bakary fait partie de la kyrielle de membres du gouvernement qui ont officiellement pris position sur la « marche pacifique » initiée par Maurice Kamto et qui a lieu en moment dans les grandes villes du Cameroun.

Issa Tchiroma Bakary (c) Droits réservés

Le président national du Front pour le Salut national du Cameroun (FSNC)s’est adressé à son collègue du Mouvement pour la renaissance du Cameroun(MRC) par l’entremise de Cameroon Tribune, édition du 21 septembre 2020.

Le MRC n’est pas exceptionnel

Pour ITB : « dire que l’on va renverser les institutions, c’est dire que l’on veut renverser le peuple camerounais dans son choix. En direction du président du MRC, je voudrais dire ceci : des partis politiques comme le mien, comme le vôtre, comme le RDPC, dans ce pays, il y en a 300. Aucun parti politique, quel que soit par ailleurs les motifs, ne peut prétendre avoir plus d’amour pour le Cameroun que les autres », interpelle-t-il l’avocat international.

La paix n’a pas de prix

Bien plus, renchérit le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, : « Je voudrais attirer votre attention sur le fait que le Cameroun sur cette planète est une pièce unique. Il n’y a pas de Cameroun, pièce de rechange, que l’on retrouverait dans une quincaillerie, qu’on substituerait à celui-là si, d’aventure on venait à le détruire. Ayez cela à l’esprit », lit-on.

L’ex ministre de la Communication prévient les initiateurs de l’insurrection sur la difficulté à arrêter celle-ci : « n’allumez pas un feu qui peut vous dévorer, qui peut nous dévorer et nous détruire. Vous pourrez l’allumer, mais aurez-vous les moyens de l’éteindre ? J’en doute », déclare-t-il dans les colonnes du quotidien national bilingue.

Paul Biya : un choix divin ?

D’ailleurs, c’est «avec surprise et beaucoup de gravité, le fait que le président national du MRC a décidé à partir du 22 septembre 2020, d’entreprendre une démarche insurrectionnelle dont l’objet est le renversement des institutions », déplore l’homme politique avant de réitérer que le président Paul Biya «est assis là où il est, par la volonté de Dieu qui s’est manifestée à travers le peuple camerounais qui, de manière incontestable, lui a confié la direction de cette très grande Nation», lit-on  dans le journal dont Marie Claire Nnana est le directeur de la publication.

Newsletter :

Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page