Actualités

Mahmoud al-Tohamy, chant islamique et musique pop

Mahmoud al-Tohamy est un maître du chant islamique, une forme d’art vieille de 1 400 ans connue sous le nom d‘ »inshad ».

À 41 ans, il est inspiré par la branche mystique soufie de l’Islam. Très attaché à l’essence spirituelle de cette représentation de la poésie et des odes dévotionnelles, Mahmoud al-Tohamy dirige une école de musique au Caire pour transmettre l’art religieux à une nouvelle génération.

Il a récemment donné un cours – avec des jeunes hommes, des femmes et même des enfants – dans la spacieuse cour du palais du prince Taz de l’époque mamelouke, au centre du Caire.

École de musique

Là, leur chant langoureux faisait écho aux peintures murales du palais portant des inscriptions complexes de calligraphie coufique et d’art islamique vivant.

Jusqu’à présent, neuf groupes d’étudiants ont obtenu leur diplôme de l’école après avoir suivi des cours de science mélodique, de prose rimée et de phonologie arabe pendant quatre à six mois.

« Nous avons constaté que la plupart des chanteurs religieux professionnels ne comptent que sur le talent et le chant spontané, contrairement aux pionniers qui chantaient en utilisant leur talent et leurs connaissances. C’est pourquoi j’ai créé une classe de chant islamique pour aider ces personnes talentueuses par l’éducation et la connaissance », déclare Mahmoud al-Tohamy.

Alors que les versions strictes de l’inshad interdisent les instruments, il a travaillé avec des groupes de rock et des orchestres de musique classique.

« J’ai mélangé l’art du chant religieux traditionnel avec des touches d’autres musiques occidentales et orientales, qui représentent spécifiquement les cultures d’autres peuples. Je travaille sur un projet important qui comprend l’intégration de l’arabe classique à la musique populaire. Nous y présentons la langue arabe classique mélangée à différents genres de musique tels que le rock, la pop, la house et le raï ».

Renommée mondiale

Mahmoud al-Tohamy s’est produit dans des festivals de musique dans le but de « réintégrer le chant religieux dans l’art humaniste ».En 2017, il a collaboré à trois chansons pour l’album américain « Origin » qui a remporté un prix aux Global Music Awards.

Plusieurs de ses jeunes diplômés ont participé à l’émission de télévision française « The Voice Kids ».

Dernier projet en date, une collaboration avec le musicien égyptien Fathy Salama, sur « Soufisme vs modernité », qui a suscité une large attention au niveau mondial. Ils avaient prévu de se produire en Italie et en Norvège, mais les spectacles ont été retardés par la pandémie de coronavirus.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page