Actualités

L’opposant Julius Malema souhaite éviter tout amalgame

Julius Malema et Mbuyiseni Ndlozi ont comparu mardi devant le tribunal de Randburg pour l’agression présumée d’un policier. Le leader de l’EFF ainsi que le député du parti sont accusés d’avoir violemment poussé un officier lors des funérailles de Winnie Mandela en 2018.

Leur comparution s’est déroulée alors que les tensions raciales sont vives en Afrique du Sud après le meurtre il y a 10 jours d’un jeune fermier blanc dans la province du Free State, à 200 kilomètres de Johannesburg.

« Ce garçon noir qui a tué un blanc doit aller pourrir en prison. Ce n’est pas notre problème. Nous ne protégeons pas les criminels », a assuré Julius Malema à ses partisans rassemblé devant le tribunal. « Mais nous ne permettrons jamais aux hommes blancs de nous montrer ce qu’ils ont montré à Mandela pendant les négociations. Ce n’est plus possible. Cette arrogance des blancs doit prendre fin. Elle ne peut plus être présente, après 25 ans de démocratie. »

Ce week-end, 500 agriculteurs s’étaient rassemblés devant le siège du gouvernement à Pretoria : agenouillés sur la pelouse avec des drapeaux et des croix, en prière silencieuse et en levant le poing, ils avaient demandé au président Cyril Ramaphosa de mettre fin à la violence sur les fermiers blancs qui auraient fait 38 victimes depuis le début de l’année.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page