Actualités

Les films d’animation en plein essor en Afrique

Le film d’animation est en plein boom en Afrique grâce à la détermination de véritables passionnés pour le dessin et l’animation.

L’animateur nigérian Ridwan Moshood était tellement déterminé à apprendre à faire des dessins animés qu’il a passé des heures dans des cybercafés de

Lagos, à regarder des leçons sur YouTube et à prendre des notes.
« J’allais dans un cybercafé, je regardais des tutoriels vidéo et je notais tout ce que j’avais appris », dit-il.
Aujourd’hui, ce jeune homme de 26 ans est une étoile montante dans le monde florissant de l’animation en Afrique.

Il y a deux ans, le Cartoon Network Africa Creative Lab l’a récompensé pour son animation Garbage Boy and Trash Can.
Dans ce qui a dû ressembler à une douce vengeance, son dessin animé a été inspiré par une mauvaise expérience au lycée, impliquant une poubelle et des brutes à l’école.

« Garbage Boy, c’est fondamentalement moi », dit-il. « J’ai été victime d’intimidation et d’insultes ».
« J’ai décidé de créer Garbage Boy comme un phare d’espoir et de pardon. Et pour montrer aux autres qui ont été maltraités que ces noms ne définissent pas qui vous êtes. »
Depuis, il a créé une société de production et il espère maintenant que sa dernière idée, un dessin animé se déroulant à Lagos, appelé In My Hood (Dans mon ghetto), sera commandée dans une série.


Un talent d’autodidacte

Étonnamment, le parcours de Ridwan Moshood dans l’animation n’est pas particulièrement unique.
« Partout sur le continent, nous entendons ces histoires », dit Nick Wilson, le fondateur de l’African Animation Network, qui est basé à Johannesburg.
Il dresse une liste de pays où les animateurs locaux commencent à se faire remarquer : Le Nigeria, le Ghana, le Kenya, l’Ouganda, l’Égypte, l’Afrique du Sud, le Mozambique et le Burkina Faso.
« Partout où nous avons pu gratter la surface et connecter la communauté, nous avons trouvé des talents assez exceptionnels et la majorité de ces talents sont autodidactes », dit-il.
Mais si les histoires d’animateurs autodidactes qui se sont lancés dans l’industrie sont inspirantes, des possibilités de formation plus formelles doivent être développées, dit-il.
Doh D Daiga est un animateur camerounais qui vit au Burkina Faso. Il est responsable des compétences et du développement au sein de l’African Animation Network.
« Mon expérience dans ce secteur me montre qu’il existe un immense réservoir de jeunes esprits talentueux et créatifs qui n’arrivent jamais à voir le jour », dit-il.
« Le seul problème qui empêche l’Afrique de progresser est le manque de formation ».
Récemment, des partenariats ont été annoncés avec les studios d’animation internationaux Toonz Media Group et Baboon Animation.
Ces deux sociétés prévoient d’établir des académies d’animation en Afrique, qui viendront s’ajouter à la poignée déjà existante.

Production panafricaine

Malgré la rareté des possibilités de formation formelle, les productions locales commencent déjà à décoller.
Chris Morgan, de Fundi Films, a pu faire appel à un vivier de talents panafricain pour sa récente production, My Better World.
Cette série éducative destinée aux écoliers et aux jeunes adolescents africains a impliqué une équipe de créatifs travaillant à distance à travers le continent.
« Nous avions plus de 100 producteurs travaillant dans sept pays différents, et c’était avant le tournage de la série », dit-il, parlant depuis Mpumalanga, en Afrique du Sud.
Le résultat final est une série de 55 courts métrages d’animation disponibles en anglais, swahili, haoussa et somali.
Dans chaque épisode, les personnages naviguent dans des situations complexes – telles que des négociations sur le mariage précoce – mais de manière vivante et accessible.
En plus d’un dessin animé, chaque film comporte une interview d’une personne très performante dans la vie réelle, comme la première femme pilote d’Afrique.
Lorsqu’il a été diffusé au Kenya au début de l’année, My Better World est rapidement devenu l’émission de télévision pour enfants la mieux cotée.
Il a également été nominé pour le Festival international du film d’animation d’Annecy, l’un des plus grands concours d’animation au monde.

Des histoires difficiles, faciles à raconter

Mais tous les travaux d’animation africains ne s’adressent pas aux jeunes. L’artiste et animateur Ng’endo Mukii, basé à Nairobi, utilise ce médium pour raconter des histoires qui sont stimulantes et, parfois, confrontantes.
Son film le plus célèbre, Yellow Fever, traite de l’utilisation des crèmes blanchissantes par les femmes africaines.
« Je voulais voir comment les femmes utilisent les produits de blanchiment de la peau au Kenya, et ce que nous pensons être beau », dit-elle, ajoutant qu’elle veut « savoir pourquoi ».
Parmi les autres thèmes abordés dans son travail figurent la migration et le trafic d’êtres humains.
Pour Ng’endo Mukii, l’animation est le moyen idéal d’aborder des questions sensibles ou percutantes, surtout lorsqu’il s’agit d’études de cas.
« L’animation permet aux gens d’avoir un anonymat et une distance entre ce qu’ils disent et la façon dont les autres le perçoivent », dit-elle.
Elle permet également aux gens de « ne pas se sentir nécessairement attaqués par ce dont vous discutez, donc ils peuvent peut-être s’engager un peu mieux ».
Son travail a reçu de nombreux prix internationaux, dont le prix du meilleur court métrage d’animation au Festival international du film de Chicago pour Yellow Fever en 2013.

Covid stimule la demande

Alors que de plus en plus d’animateurs africains sont reconnus par les professionnels, les studios internationaux prennent note de l’industrie de base du continent.
L’année dernière, Netflix a acquis sa première animation africaine, Mama K’s Team 4 – un dessin animé sur quatre adolescentes se déroulant à Lusaka, en Zambie.
Dans le même temps, des sociétés étrangères comme Pixar engagent des animateurs basés en Afrique pour assurer les services de production de leurs films.
En fait, le marché mondial du contenu animé est en plein essor, selon Rob Salkowitz, journaliste à Hollywood et au magazine Forbes.
« Il y a une demande incroyable de contenu animé en ce moment. C’était vrai même avant la pandémie, car les réseaux de diffusion en continu sont vraiment avides de nouveaux contenus ; et l’animation est un excellent moyen d’attirer des spectateurs de tous les publics », dit-il.
La demande a augmenté pendant la pandémie, car les productions en direct ont été arrêtées ou limitées à des équipes socialement distantes.
« Nous constatons un effet d’entraînement », dit-il.
Les annonceurs et autres producteurs de vidéos ne pouvant pas filmer sur le terrain, ceux qui peuvent se le permettre se tournent vers l’animation pour combler le manque.
« Cela crée une forte demande sur le pipeline », dit-il. « Parce que les studios d’animation professionnels reçoivent soudainement des offres qu’ils ne peuvent pas refuser de la part d’autres clients non traditionnels ».

Sur un précipice

Mais alors que de plus en plus d’animateurs rejoignent la profession en Afrique, beaucoup d’entre eux se heurtent à un obstacle pour faire passer leur contenu sur les écrans locaux.
Il est moins coûteux pour les diffuseurs d’importer des émissions prêtes à l’emploi de l’étranger que de financer des productions originales.
L’African Animation Network espère surmonter ce problème en lançant son propre réseau de télévision – s’il peut attirer suffisamment d’investissements.
« Les diffuseurs ne sont pas incités à investir dans l’industrie locale parce qu’ils peuvent faire des bénéfices sur des contenus [étrangers] vraiment bon marché », dit-il.
La chaîne est actuellement en phase pilote et devrait être lancée dans les prochains mois.
« Nous sommes sur le point de devenir une industrie potentiellement prospère et durable », déclare Nick Wilson.

Source : AfriqueFemme.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page