Actualités

Les Africains sont ceux qui migrent le moins

Les images de canots flottants sur la Méditerranée avec des dizaines de migrants africains à l’intérieur, les décomptes de morts aux portes de l’Europe ont fini par construire l’image d’un continent africain à l’assaut des frontières européennes.

Un traitement partial qui est souvent très loin de la réalité fait remarquer l’ancienne première ministre sénégalaise ( 2013-2014), Aminata Touré, « les Africains sont ceux qui migrent le moins vers d’autres continents, mais évidemment parce qu’ils se singularisent par des caractéristiques physiques particulières, on en a fait un phénomène médiatique qui ne correspond pas nécessairement à la réalité des chiffres ».

Face à un déficit important d’informations sur la migration africaine, l’ex-présidente du Conseil économique social et environnemental sénégalais invite l’opinion internationale à déconstruire cette image de l’Afrique qui se rue vers l’Europe; « le nombre des Africains vivant dans un pays qui n’est pas le leur n’est que de 14,7% à l’échelle mondiale, une proportion inférieure aux statistiques concernant les Asiatiques ou les Européens ».

S’ils sont plusieurs milliers de migrants à être concentrés dans les centres de détention en Afrique du nord, Paul Dillon, porte-parole de l’agence onusienne lors d’un point de presse virtuel depuis Genève a fait remarquer que les données recueillies dans 35 points de transit clés en Afrique de l’Ouest et centrale par l’OIM indiquent que les migrations régionales ont chuté de près de 50 % au cours du premier semestre 2020 (par rapport à 2019) en raison des restrictions de voyage imposées par les gouvernements pour empêcher la propagation de la Covid-19.

L’observatoire africain des migrations

Le gouvernement marocain et l’Union africaine ont inauguré à Rabat, le 20 décembre 2020, le siège de l’Observatoire africain des migrations (OAM), qui sera le principal organe africain de collecte de données et de connaissances sur les mouvements migratoires en faveur des pays du continent.

L’objectif principal de cet Observatoire est de mettre à la disposition des gouvernements et des agences de développement africains les données et les connaissances relatives aux mouvements migratoires, afin de les aider à concevoir leurs politiques en la matière.

Un autre objectif de l’OAM sera de contredire les rapports de certains centres de recherche étrangers qui produisent souvent des données avec des objectifs politiques et électoraux.

La migration en Afrique est essentiellement intra-africaine : 80 % des migrants venant de pays d’Afrique restent sur le continent et seulement 12 % parviennent en Europe, les autres partant ailleurs, selon des chiffres diffusés en 2018 à Rabat.

L‘Afrique du Sud arrive en tête des destinations intra-africaines avec 3,1 millions d’arrivées, suivie de la Côte d’Ivoire (2,1 millions) et du Nigeria (1,9 million).

L’organisation siège à Rabat au Maroc et sera dirigée par intérim la Tunisienne Leila Benali, qui sera chargée de créer la première base de données sur les migrations en Afrique, et de la publier sur le portail électronique de l’Observatoire.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page