Actualités

Le sud de Madagascar au bord de la crise humanitaire

Trois années consécutives de sécheresse provoquent une crise humanitaire à Madagascar. Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM), les cas de famine et de malnutrition augmentent dangereusement, alors que la forte récession causée par la pandémie de coronavirus aggrave la situation.

La sécheresse va se poursuivre en 2021 et les récoltes ont été mauvaises. Quelque 1,35 million de personnes vont se trouver rapidement « en situation d’insécurité alimentaire, soit 35% de la population de la région », souligne le PAM, qui a reçu le prix Nobel de la paix cette année. La pandémie a fait disparaître beaucoup d’emplois saisonniers.

« Quand je ne peux pas aller mendier dans le village voisin, je creuse le sable. Ces derniers jours je n’ai pas pu y aller parce que je me sens très faible. Quand on ne trouve rien sous le sable, on boit de l’eau de mer. C’est mauvais pour la santé, mais nous n’avons pas le choix », déclare Ikemba.


La situation dans le sud de #Madagascar s’aggrave avec 1,35 million de personnes – 35% de la population de la région – ayant besoin d’une aide alimentaire d’urgence immédiate. Le nombre a doublé depuis l’année dernière.

Ce mardi, l’organisation onusienne a fait un appel pour une aide d’urgence de 35 millions de dollars pour lutter contre la faim dans le sud de la Grande île. « La situation à laquelle nous sommes confrontés dans le sud de Madagascar n’est pas normale. C’est très différent de toute année de crise normale et nous devons vraiment agir tout de suite. 300 000 personnes ont d’un soutien immédiat », avance Lola Castro, responsable des Iles d’Afrique australe et de l’Ocean Indien pour le PAM.

Pour survivre, certaines familles mangent des fruits de tamarin mélangés à de l’argile. Les enfants sont les plus touchés par la crise et la plupart ont abandonné l’école pour mendier.La malnutrition aiguë chez ceux de moins de cinq ans dans les trois zones d’Androy, d’Anôsy et d’Atsimo Andrefana s’élève à 10,7%. Selon les dernières projections, le nombre d’enfants susceptibles d’en souffrir « s’élève à plus de 135 000, dont plus de 27 000 sont classés comme sévères ».

Le Programme alimentaire mondial fournit actuellement une aide à près de 500 000 personnes dans les neuf districts les plus touchés, mais « compte tenu de la détérioration rapide de la situation », ce chiffre pourrait bientôt passer à 900 000 personnes,

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page