Le soutien de l’UE au Sahel a contribué à renforcer la sécurité intérieure, mais les progrès sont lents, estime la Cour des comptes européenne

42

Bruxelles (© 2018 Afriquinfos) –Le soutien de l’UE au Sahel a contribué à renforcer la sécurité intérieure, mais les progrès sont lents, estime la Cour des comptes européenne

Les missions de l’UE au Sahel ont contribué à renforcer les forces de sécurité intérieure au Niger et au Mali, mais les progrès ont été lents en raison de conditions difficiles et du manque d’efficience opérationnelle, selon un nouveau rapport de la Cour des comptes européenne

Dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune, l’UE mène des missions civiles au Niger et au Mali consistant en des activités de formation et de conseil ainsi qu’en la fourniture de matériel afin de renforcer les capacités des forces nationales responsables de la sécurité intérieure. Le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) planifie et gère les opérations; la Commission en exécute les budgets. Les montants des fonds alloués au Niger pour la période 2012‑2017 et au Mali pour la période 2014‑2017 se sont respectivement élevés à 69 millions d’euros et à 66 millions d’euros.

Le soutien de l’UE au Sahel a contribué à renforcer la sécurité intérieure, mais les progrès sont lents, estime la Cour des comptes européenne
Le soutien de l’UE au Sahel a contribué à renforcer la sécurité intérieure, mais les progrès sont lents, estime la Cour des comptes européenne

«L’insécurité dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest est préjudiciable au développement des pays qui en font partie et aux intérêts de l’Union européenne», a déclaré Mme Bettina Jakobsen, Membre de la Cour des comptes européenne responsable du rapport. «Les missions de l’UE au Niger et au Mali ont joué un rôle important, mais les progrès en matière de renforcement des capacités des forces chargées de la sécurité intérieure ont été lents et limités.»

Les missions se sont préoccupées de la question de la durabilité, mais sans grand succès. Cela a résulté non seulement du manque d’appropriation de la part des pays concernés, mais aussi du fait que les missions n’ont pas consacré les ressources nécessaires pour assurer la durabilité et le suivi des formations dispensées et du matériel fourni.

Afriquinfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here