Actualités

L’Afrique du Sud suspend la distribution des vaccins Astra Zeneca

L’Afrique du Sud suspend la distribution du vaccin Astra-Zeneca à son personnel de santé. Selon un essai clinique, le vaccin britannique ne serait pas efficace pour prévenir les maladies légères à modérées.

Le pays a reçu son premier million de doses du vaccin Astra Zeneca la semaine dernière et devait commencer à administrer des piqûres aux travailleurs de la santé au milieu du mois. Mais les données préliminaires d’une petite étude suggèrent que le vaccin Astra Zeneca n’offre qu’une « protection minimale contre les maladies légères à modérées » causées par la variante en Afrique du Sud.

« A un moment donné, nous étions très optimistes, même si je n’avais pas vraiment accès aux données, quant à la possibilité que ce vaccin serait efficace, sur la base de l’expérience acquise au Royaume-Uni ainsi qu’au Brésil. Si le variant ne s’était pas propagé en Afrique du Sud, nous aurions été dans une situation plutôt favorable jusqu’au 31 octobre. Nous avons déjà observé une réduction de plus de 75% des maladies légères et modérées au moins 14 jours après la première dose du vaccin, au moment où le variant B.1.135 ne circulait pas. Malheureusement, nous n’avons pas été en mesure de reproduire ces résultats par la suite. En examinant l’efficacité du vaccin contre ce variant particulier, nous n’avons pas pu déterminer que le vaccin protège réellement contre les maladies légères à modérées », déclare Shabir Madhi, professeur de vaccinologie à l’université de Witwatersrand.


Le dimanche 7 février, le ministre de la Santé, le Dr Zweli Mkhize, et un groupe d’experts de premier plan ont organisé un point de presse pour présenter les nouveaux développements sur le programme d’acquisition et de déploiement de vaccins.

Cet essai clinique portait sur un échantillon de 2 000 personnes, pour la plupart jeunes et en bonnes santé. Les autorités sud africaines pourraient se tourner vers d’autres vaccins si ces résultats étaient confirmées par d’autres études.« Des discussions sont en cours sur le Spoutnik V. Des discussions sont en cours sur Sinopharm, le département et le comité ministériel s’en occupent. Des discussions sont en cours avec Moderna. Nous devrons également explorer l’option Novavax, qui n’a pas encore fait l’objet de beaucoup de discussions. Toutes les options sont à considérer », avance Zweli Mkhize, ministre sud-africain de la Santé.

Pays le plus touché du continent africain, l’Afrique du Sud a recensé près de 1,5 million de cas confirmés de coronavirus, pour plus de 45 000 morts.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page