Karim Wade au cœur d’une bataille de communiqués entre son père et l’Etat

57

Au Sénégal, nouvelle prise de bec entre Macky Sall et Abdoulaye Wade. L’ex-président accuse le nouveau de vouloir saisir sa vaste maison à Dakar. Le pouvoir dément. Les échanges via communiqués permettent de comprendre que c’est en fait le fils, Karim Wade, qui vit en exil au Qatar, qui est visé.

A huit mois de la présidentielle, la guerre médiatique est quotidienne.
« Vendredi 25 mai aux environs de 7h45, maître Kamaté, huissier de justice, a réclamé les clefs de ma maison du point E ». Ainsi débute le coup de colère d’Abdoulaye Wade. Pour l’ex-chef de l’Etat, il n’y a aucun doute : « Macky Sall veut aussi priver Karim d’un lieu où se loger et l’empêcher de mener à bien ses activités politiques ».

Signe que les déclarations de Wade père ont du poids, les répliques du parti au pouvoir, des avocats de l’Etat et de l’huissier sont tombées dans la nuit. Pour maître Kamaté, « il ne s’agissait pas de saisir la maison », mais de déposer un recours au dernier domicile connu de Karim Wade, recours demandé par le procureur de la cour de répression de l’enrichissement illicite qui a condamné Karim Wade à plus de 200 millions d’euros d’amende.

L’avocat de l’Etat, Yérim Thiam, va un peu plus loin et indique, là encore dans un communiqué : « C’est un commandement de payer, en vue, si ce n’est pas le cas, d’une possible contrainte par corps ». Autrement dit, si Karim Wade, candidat du PDS à la présidentielle, rentre au Sénégal sans régler son amende, il filera directement en prison.

CamerounWeb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here