Actualités

Kady Diarra partage l’esprit du Burkina

Entre Afrique et Europe, Kady Diarra assume les multiples facettes de son identité qu’elle traduit sur le plan musical à travers Burkina Hakili, troisième album de cette chanteuse burkinabè installée en France depuis près de deux décennies.

« C’est étrange de savoir que le monde peut s’endormir dans la journée. » Lorsqu’elle évoque la période du confinement imposé en 2020 en France, Kady Diarra garde le souvenir d’un environnement étonnamment silencieux. « D’habitude, comme il y a des paysans autour de chez moi, on entend des tracteurs. Mais là, c’était calme. Autant qu’en studio ! », poursuit la chanteuse installée en Ardèche dans un village de moins d’un millier d’habitants situé à une soixantaine de kilomètres de Lyon.

Puisque les conditions en extérieur le permettaient, elle a donc mis la dernière main à son album dans son jardin, avec l’intention de « réveiller les esprits » pour montrer que « la vie était toujours là », dans ces circonstances si pesantes provoquées par la pandémie de Covid-19. D’autant que la démarche de l’artiste quadragénaire ne se résume pas à sa dimension artistique : « La musique est une thérapie, et quand on veut être guérisseuse, on essaie de pouvoir soigner tout le monde », considère-t-elle.

Cette volonté de « n’oublier personne » revient souvent dans ses propos. Les chansons du nouvel album en témoignent. D’abord par les différentes langues utilisées qui, au-delà de la question de l’auditoire, racontent aussi en partie l’histoire de Kady Diarra : le bambara, parce que sa mère vient du Mali ; le bwaba car elle appartient à l’ethnie bwa ; le mooré parce qu’elle est du Burkina ; le dioula, parlé en Côte d’Ivoire où elle est née et a grandi ; et enfin le français, pour le pays où réside cette fille d’ancien combattant qui a « fait la guerre pour la France ». …suite de l’article sur RFI


 

 

Source : AfriqueFemme.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page