Lifestyle

« J’ai 4 enfants avec mon propre père« , une Zambienne partage son histoire sombre

À 60 ans, Priscilla Musonda Schaufelberger se souvient très bien des années d’esclavage sexuel aux mains de son père avec qui elle a eu quatre enfants. Son long parcours d’abus sexuels a commencé à l’âge de six ans, lorsque son père a commencé à avoir des relations sexuelles avec elle en toute connaissance de cause de sa mère.

Dans une interview exclusive, elle partage son histoire sombre. Elle raconte que, comme pour la préparer à la torture sexuelle qu’elle endurera pendant des années, ses parents l’obligeaient à les regarder faire l’amour.

Plus tard, son père a commencé à avoir des relations sexuelles avec elle. Il ne s’est pas arrêté là. Il l’a épousée en secret, mais bien sûr, ce n’était pas un secret pour sa mère et d’autres membres proches de la famille. Elle est devenue la quatrième femme de son père à l’âge de 23 ans.

Se rappelant comment les abus sexuels ont commencé en 1965, elle a déclaré : «J’étais très jeune et innocente. Mais je me souviens encore comment j’étais obligée de les regarder faire l’amour. Le pire, c’est que tous mes proches, y compris ma mère, n’avaient rien fait pour arrêter cela.


Quand j’avais 11 ans, la famille de ma mère savait que j’étais victime d’abus sexuels. Alors le frère aîné de ma mère, qui était policier et vivait à Mansa, est venu chez nous et m’a emmené avec lui».

Elle se souvient combien elle était heureuse d’avoir été secourue par son oncle, même si ce n’était que pour un court moment.

«Papa a envoyé maman pour venir me chercher en avion. Elle est venue avec deux billets d’avion – un pour moi et l’autre pour elle», raconte Priscilla.

Quand elle est rentrée chez elle, les abus sexuels ont continué. Pour cacher ces pratiques diaboliques, le père de Priscilla ne lui a jamais permis de s’associer avec des amis.

«Quand je suis rentrée à la maison (de Mansa), mon père était furieux. Il m’a ensuite emmenée dans un endroit éloigné, quelque part à Kafue, où j’ai été enfermée pendant longtemps. Là, je suis devenue l’esclave sexuelle de mon père».

Le pire s’est produit quand elle avait 19 ans. Elle a conçu et a eu un enfant de son père. Elle a eu un autre enfant de lui à l’âge de 23 ans. Lorsque Priscilla a eu le deuxième enfant, son père a décidé de l’épouser, avec le consentement de sa mère, bien qu’il avait déjà trois autres femmes.

Un an après la naissance de son deuxième enfant, elle a eu le troisième à l’âge de 24 ans, tandis que son quatrième enfant est né lorsqu’elle avait 27 ans. Deux de ses enfants sont des filles, et les deux autres des garçons.

«Après notre mariage, j’ai eu deux autres enfants avec lui. Personne (dans la famille) ne s’y est opposé. Papa a loué une maison où je vivais avec mes enfants et d’autres membres de la famille. Il faisait semblant de venir voir les enfants, alors qu’en réalité, il venait pour moi. Et je n’avais pas le droit de le repousser sinon il me battrait»

Malgré la situation dans laquelle elle se trouvait, Priscilla a terminé l’école par correspondance. Son histoire triste la rendait amère avec tout le monde, y compris ses enfants.

«Je détestais mes enfants, je les battais beaucoup. C’était la seule façon d’exprimer ma colère. Je n’étais émotionnellement attachée qu’à une seule fille parce qu’elle avait été abusée sexuellement par un parent quand elle avait huit mois».

Elle déplore que malgré son comportement insensible, son père était un photojournaliste respecté qui travaillait pour une maison de presse publique.

En 1990, Priscilla n’en pouvait plus. Elle s’est enfuie de chez elle pour aller vivre dans les rues de Lusaka. C’était après huit ans de mariage avec son père. Au cours de ces huit années de mariage, elle a tenté de s’enfuir, mais sans succès parce qu’elle était confinée dans une maison fortement gardée.

«Mon père connaissait tous mes projets. J’ai essayé de m’enfuir plusieurs fois, mais je me faisais toujours prendre. Je suis même devenue suicidaire, je voulais juste mourir»

Priscilla est allée vivre dans la rue à la recherche de sa mort, mais Dieu a épargné sa vie. Elle a passé un an dans les rues de Lusaka, pendant lequel elle passait des nuits soit sous le pont dans la zone commerciale de Kamwala, soit au terminus des bus interurbains. Elle s’est noyée dans l’alcool et ne se souciait pas de savoir si elle serait retrouvée morte ou vivante.

Pendant qu’elle était sans abri, aucun de ses proches n’est allé à sa recherche. C’est en 1991 qu’elle a eu le courage de dénoncer son père à la police pour abus sexuels.

«Un jour, j’ai senti que ça suffisait. J’ai cessé de me sentir comme une victime. Vivre dans la rue m’a rendue forte. Je me suis dit que j’allais me battre et rendre ma vie digne».

La première fois, les policiers n’ont pas pu cru à son histoire. «Au poste de police, les officiers m’ont chassé à cause de mon apparence. Ils pensaient que j’étais mentalement perturbée parce que j’étais très sale», raconte Priscilla.

Un officier de police qui se rendait au travail l’a rencontrée à l’extérieur du commissariat, et s’est intéressé d’une manière ou d’une autre à son histoire. Et plus tard dans la journée, son père a été arrêté et accusé d’inceste.

La nouvelle de l’arrestation de son père s’est largement répandue. Elle se souvient avoir lu un article dans le Zambia Daily Mail le lendemain.

«Quand je l’ai vu avec des menottes, je me suis sentie si puissante». Malheureusement, son père n’avait aucun remords pour ce qu’il lui avait fait. Au tribunal, il regardait Priscilla dans les yeux et menaçait de la tuer.

Priscilla affirme que sa famille était très en colère contre elle pour avoir traduit son père au tribunal. Personne ne l’a soutenue, ni n’a proposé de témoigner au tribunal parce qu’ils pensaient qu’elle avait trahi son père. Le dernier coup porté par Priscilla a été la perte de l’affaire au tribunal.

«Ma propre mère m’a trahie au tribunal. Elle a dit aux juges que je n’étais pas la fille biologique de mon père et l’accusation d’inceste a été rejetée. Je sais que ma mère mentait pour protéger mon père. Je soupçonne qu’elle a été obligée de mentir par les autres femmes de mon père», a-t-elle déclaré.

Priscilla n’a pas eu d’autre choix que de retourner dans la rue. Cependant, cette fois-ci, elle bénéficiait du soutien matériel des deux magistrats qui avaient présidé à son procès. Ces magistrats ont commencé à l’aider en lui fournissant de la nourriture et un abri.

Un jour, les magistrats ont invité Priscilla à une réunion où elle a rencontré un homme qui devait l’aider en lui donnant des conseils de réhabilitation et une aide financière.

Après cela, elle s’est lancée dans les affaires transfrontalières. C’est au cours de son voyage d’affaires au Zimbabwe qu’elle a rencontré son mari, Reto Schaufelberger, qu’elle a épousé en 1999. Reto ne s’est pas soucié du passé de sa femme lorsqu’il l’a rencontrée. Ce qui comptait pour lui, c’était la vie qu’ils allaient commencer ensemble.

«J’avais un restaurant au Zimbabwe. C’est là qu’on s’est rencontrés. Plus tard, nous nous sommes mariés». Les Schaufelberger sont allés en Suisse après leur mariage et y ont vécu pendant 13 ans. «Mes enfants sont toujours rejetés, ils sont comme des tabous», affirme Priscilla.

En 2006, Priscilla s’est sentie obligée d’aider les enfants des foyers en difficulté, c’est pourquoi elle a créé la Fondation Priscilla Schaufelberger Home of Abused (PSHAF) à Lusaka. À l’époque, elle était encore en Suisse.

Elle n’est retournée en Zambie avec son mari, Reto, qu’en 2013, après que le président Michael Sata les a persuadés de le faire lors d’une de ses visites officielles à Londres.

Dans son livre «Stolen Childhood», Priscilla raconte avec des détails effrayants comment elle est devenue l’esclave sexuelle de son défunt père.

«Il m’a fallu 10 ans pour publier mon livre. Au début, je n’avais pas confiance, mais quand j’ai vu que les cas d’abus sexuels étaient en augmentation en Zambie, j’ai été obligée de le publier. Mais au moment où je vous parle, mes proches ne sont pas contents», dit-elle.

Source : AfriqueFemme.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page