Sport

Hommage à Maradona: Joseph Antoine Bell révèle ces derniers regrets

L’ancien gardien des Lions indomptables a gardé du «dieu du football» le souvenir d’un défenseur acharné des droits des footballeurs, et révèle d’ailleurs que c’est lui qui fut au départ de l’idée de création de la Fédération Internationale des Associations de Footballeurs Professionnels.
La légende Diego Armando Maradona s’est éteinte le mercredi 25 novembre 2020 à Tigre en Argentine, plongeant la planète football entière dans la consternation. Dès l’annonce de sa disparition, des messages de compassion se sont multipliés à travers le monde, et d’aucuns en ont profité pour ressasser à souhait quelques moments partagés avec le démiurge du football.

Le gardien camerounais à la retraite, Joseph Antoine Bell, a gardé de Maradona, non pas seulement le souvenir d’un footballeur talentueux, mais d’un défenseur invétéré de la cause du football. A en croire Jo Bell, dans une réaction accordée au journal Le Jour de ce jeudi 26 novembre 2020, la star argentine ne se sentait pas suffisamment défendue et protégée par l’institution mondiale du football, et avait émis dès le milieu des années 90, l’idée de création d’un syndicat à travers lequel le footballeur se ferait entendre face à l’establishment.

L’ancien joueur d’Eclair de Douala, de Prison de Buea révèle d’ailleurs qu’il fut à l’origine de la Fédération Internationale des Associations de Footballeurs Professionnels (FIFPRO), reconnue aujourd’hui par les instances comme la plus grande organisation de défense des droits des footballeurs dans le monde.

Voici la réaction intégrale de Joseph Antoine Bell :

Diego Maradona, c’était simplement le football. Je pense que, quand on aime le foot, on ne pouvait ne pas admirer Maradona. Ce sont des joueurs qu’on souhaite avoir dans des clubs, pour le jeu. On va au stade pour le spectacle ; on s’assoit devant la télé pour ça. Après 1990, on a eu l’occasion de se revoir, en 1995 en Espagne. J’étais ce jour-là avec Roger Milla. En fait Maradona avait l’idée de lancer un syndicat. Il avait estimé et avec raison, que le football n’avait pas protégé le joueur qu’il était. Et donc, il en voulait aux dirigeants de la Fifa et voulait que nous lancions un syndicat. A cette époque, aucun syndicat n’était reconnu par la FIFA. Pour moi, la FIFPRO doit beaucoup à Maradona. Un peu comme nous faisons chez nous, où on peut nommer un ministre dans un village où il y a un opposant redoutable. C’est Maradona qui a lancé l’idée, et j’étais là, à la création. Mais, la Fifa n’avait pas reconnu la FIFPRO.

Quand on s’est retrouvé en Espagne avec Fernandez et d’autres joueurs, on avait fait un match d’exhibition pour lancer le syndicat. A la suite de cette action-là, la FIFA a reconnu la FIFPRO. Et comme les textes disaient qu’on ne pouvait reconnaître qu’une seule association de footballeurs, ça éliminait donc Maradona. La FIFPRO que le FIFA ne voulait pas reconnaître depuis est apparue comme fréquentable. L’admiration de Maradona par rapport aux footballeurs africains, ce n’était pas par rapport à la couleur de la peau. C’était par rapport au talent et ce que vous faites. Donc, quand vous faites ce que faisait Maradona, je ne vois pas pourquoi il pouvait ne pas aimer les footballeurs africains.

Source : Camerounweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page