Economie

Guinée : la localité de Timbi Madina, réputée pour la culture de la pomme de terre

La sous-préfecture de Timbi Madina, dans la ville de Pita, à 300 km de Conakry la capitale de la Guinée est réputée pour sa culture de la pomme de terre. Chaque année, plus de trente-cinq mille tonnes de pommes de terre sont produites dans la plaine du Fouta Djallon.

Des quatre régions que compte la Guinée, celle du Fouta Djallon (massif montagneux à la pluviométrie importante, principalement habitée par des populations peules) est réputée productrice de pommes de terre. La localité de Timbi Madina produit à elle seule 70 % de la production nationale.

Mamadou Bah fait partie des producteurs de ce féculent. Comme presque tous les producteurs de la région, il rencontre plusieurs difficultés notamment le coût élevé d’une main d‘œuvre non qualifiée. L’agriculture ici reste manuelle.

‘‘Si c‘était mécanisé, les dix hectares allaient me faire deux jours de plantation au maximum. Alors que la main d‘œuvre pour planter les 10 hectares me prend beaucoup de jours. Surtout si je n’ai pas une main d‘œuvre qui est là, qui est très très compétente quoi’‘.

Depuis 2011, la fédération des paysans du Fouta Djallon, une plateforme de commercialisation de la pomme de terre a été construite à Timbi Madina. L’infrastructure comprend deux chambres froides permettant de conserver les pommes de terre destinées à la commercialisation ainsi que les semences qui seront utilisées lors des futures campagnes.

Mamadou Diallo est responsable commercial de la plateforme de stockage et de conservation de la pomme de terre : ‘‘elle sert surtout à réguler le marché, à éviter les pertes post-récolte liées aux attaques de teigne, aux mauvaises conservations dans les magasins comme à l’ancien système’‘.

‘‘Ça permet de commercialiser petit à petit. Sinon, toute la production, les trente-cinq mille tonnes, se retrouvaient en vrac au marché. Aujourd’hui tel n’est pas le cas et donc les producteurs ne perdent pas’‘, renchérit, Moussa Para Diallo, président de la fédération des paysans du Fouta Djallon.

La plateforme n’a pas encore atteint toute sa capacité de stockage. Elle reste confrontée depuis sa création à un manque d’outils de stockage adéquats pour la conservation de la pomme de terre.

‘‘La plateforme n’a pas la totalité du matériel de conservation notamment les caisses de conservation. Alors que le stockage normal doit se faire dans ces caisses. C’est plus aéré, c’est plus confortable pour les pommes de terre. Donc par manque de tout ce matériel, notre capacité de stockage est limitée’‘, selon Mamadou Diallo.

La Fédération prodigue également à tous les producteurs de la région, des conseils. Elle leur permet d’accéder à des financements à court, moyen et long terme pour le financement de leurs activités agricoles, selon le président de la Fédération.

‘‘Nous avons une équipe technique qui les accompagne. Nous avons la vulgarisation au niveau de l‘État qui les accompagne. On a trouvé des paysans relais qui les accompagnent. Tout ça pour les aider à une bonne production, pour qu’ils puissent s’en sortir’‘.

En octobre 2015, le président Alpha Condé avait procédé à la pose de la première pierre d’une usine de transformation de la pomme de terre sur ce site. Les producteurs espèrent ainsi tirer un meilleur profit de leurs productions.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page