Actualités

En Ethiopie, les Oromos célèbrent Irreechaa

Le plus grand groupe ethnique d’Éthiopie, les Oromo célèbre la fête annuelle de l’Irreechaa.

Dans un contexte de sécurité renforcée et avec une foule réduite, en raison de la pandémie de Covid-19.

C’est avec un masque sur le nez et leur vêtement blanc aux couleurs du drapeau, que les musulmanes ou protestantes oromos sont venus, comme chaque année, reprendre symboliquement et pacifiquement leur capitale Adis Abeba.

Autour des bassins installés pour l’occasion, dans le centre-ville de la capitale, certains s’aspergent d’eau pour recevoir la traditionnelle bénédiction du dieu Waqa.

Edelawit Alemayehu, participe au festival d’Irreechaa et approuve les mesures prises par le gouvernement :

« S’il y a peu de monde cette année, c’est parce que c’est mieux pour notre santé et notre paix. Et pour cette raison, les seules personnes invitées sont celles qui observent la célébration. Ainsi, les gens peuvent se protéger contre COVID-19 tout en célébrant la fête. Nous observons la fête en respectant les directives annoncées par le gouvernement ».

Les participants ont dû être soumis à au moins six contrôles de sécurité avec fouilles au corps et, dans certaines zones, des chiens renifleurs.

Les Oromos représentent entre 35 et 40 millions d’éthiopiens soit un tiers de la population.

Pourtant, le groupe ethnique exprime régulièrement sa frustration face à la marginalisation de la communauté. Les Oromos regrettent que le premier ministre Abiy Ahmed, lui-même issu de l’éthie Oromo, n’agisse pas assez en leur faveur.

Le festival de l’Irreechaa marque la fin de la saison des pluies et le début de la récolte.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page