Actualités

Des milliers de bébés otaries retrouvés morts en Namibie

Ce mercredi, des milliers de bébés otaries à fourrures du Cap se sont échoués sur les côtes namibiennes.

La péninsule de Pelican Point, une destination touristique connue pour sa colonie d’otaries et ses bancs de dauphins, fut le lieu de cette découverte macabre.

L’organisation non-gouvernementale Ocean Conservation Namibia se penche actuellement sur la question et il semble que la situation – bien qu’alarmante – n’est pas si désespérée.

« Normalement, les otaries à fourrure du Cap accouchent entre la mi-novembre et le début du mois de décembre. C’est habituellement le pic des accouchements. Mais cette année nous avons constaté une augmentation des fausses couches qui a commencé en août, et qui ont atteint un point culminant la semaine dernière. Nous avons également vu des femelles très maigres, ce qui est également préoccupant », déclare Tess Gridley, chercheuse du Namibian Dolphin Project

Les chercheurs ont remarqué un nombre anormal d’avortements , mais n’ont pas pu identifier la cause, ni donner de chiffres exacts. Une mauvaise alimentation ou des infections bactériennes sont des théories possibles, mais seule une étude approfondie pourrait situer la source du problème.

« Il y a environ 1,7 million d’otaries à fourrure du Cap. Et environ un million d’entre elles se trouvent actuellement en Namibie. En termes de nombre total d’animaux, elles sont assez résistantes à ces effets, mais nous pensons qu’un problème pourrait survenir. Il y aura une baisse de la reproduction. Cela pourrait se répercuter sur la colonies d’otaries de Pelican Point. Nous essayons également de voir s’il y aura un impact à plus grande échelle sur d’autres colonies, » ajoute-t-elle.

Un échantillonnage minutieux sera essentiel pour déterminer les causes et aider à rééquilibrer l’écosystème afin que les mères otaries ne ressentent plus le besoin désespéré d’avorter de leurs petits.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page