Actualités

Covid-19 : les brasseries sud-africaines dans la tourmente

Plus de 200 propriétaires de microbrasseries et de restaurants sud-africains, se battent pour maintenir leur entreprise à flot après une nouvelle interdiction de la vente d’alcool pour lutter contre la montée en flèche du nombre de cas de coronavirus.

Le gouvernement sud-africain espère ainsi réduire la charge des soins de santé lors de la deuxième vague d’infections en mettant un frein à l’abus d’alcool. Mais les entrepôts débordent, et les malheurs de l’industrie de l’alcool aussi.

Certains producteurs s’adaptent et se reconvertissent dans la production de gel hydroalcoolique

Sibani Mngadi, directeur des relations avec les entreprises de Diageo en Afrique du Sud, également président de l’Association sud-africaine des propriétaires de marques de spiritueux révèle ses difficultés :

« Avant l’interdiction, nous avions une baisse d’environ 22 % pour les spiritueux, et pour la bière, nous étions à environ 24 ou 25 % des volumes. Et notre contribution fiscale, déjà avant la prohibition, était en baisse d’environ 28 pour cent, passant de 47 milliards de rands à environ 34, 35 milliards de rands. C’est donc une perte significative pour nous. »

Déjà, 30 % des 215 microbrasseries du pays ont dû fermer leurs portes depuis la première interdiction.

La production, le stockage et les droits d’accises sont coûteux, et la flambée du commerce illicite est préjudiciable.

« Ce que nous demandons au gouvernement, c’est au moins une forme d’allègement, en retardant toutes nos obligations fiscales jusqu’à ce que nous ayons l’occasion de payer, de vendre nos produits, puis de les honorer. » déclare Sibani Mngadi.

La production, le stockage et les droits d’accises sont coûteux, et une flambée du commerce illicite est préjudiciable.

Les brasseries sud-africaines, l’une des plus importantes du pays, ont annoncé vendredi qu’elles avaient annulé un investissement de 136 millions d’euros (164 millions de dollars) prévu pour cette année.

Près de 165 000 personnes ont perdu leur emploi dans l’industrie des boissons.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page