Société

Cameroun : Maximilienne Ngo Mbe et Llaria Allegrozzi contestent les peines infligées aux militaires qui ont assassiné femmes et enfants à l’Extrême-Nord

En direct de TV5 Monde, Maximilienne Ngo Mbe et Llaria Allegrozzi trouvent à redire sur la sentence prononcée à l’encontre des miliaires qui ont assassiné deux femmes et leurs deux enfants à Zeleved en début 2015.

Images avant exécution des victimes (c) Capture d’écran

Le verdict

 La sentence est tombée pour les militaires qui ont lâchement tué deux femmes et leurs deux enfants à Zeleved à l’Extrême-Nord. Selon TV5 Monde, « deux ans de prison ferme pour deux soldats, dix ans pour trois autres, ainsi que le capitaine jugé complice. Deux soldats avaient été acquittés en février dernier », tel est le verdict qui a été donné au Tribunal militaire de Yaoundé ce lundi.

Une sentence « insignifiante »

Des peines qui n’arrangent pas certains défenseurs des droits de l’Homme et Organisations non gouvernementales. Pour Maximilienne Ngo Mbe, : « Ce n’est pas seulement insignifiant mais c’est parce que, ceux qui écopent ces dix ans ne sont pas effectivement ceux qui ont commandité ces assassinats. Les réparations pour les familles des victimes, on n’a rien mentionné », déplore la défenseuse des droits de l’Homme en Afrique centrale.

Une position qu’épouse Llaria Allegrozzi de Human Right Watch : « Il est clair un ce jugement, comme il a été prononcé dans un procès à huis clos en absence des partis civiles, ne rend pas justice de manière adéquate pour les meurtres de ces femmes et de ces deux enfants », dénonce-t-elle sur TV5 Monde.

Rappel des faits

De mémoire, les faits qui remontent en début 2015 ont refait surface dans une vidéo diffusée sur la toile en juillet 2018. Dans la scène qui se déroule à Zéleved, localité située à l’Extrême-Nord du Cameroun et frontalière au Nigéria, l’on peut apercevoir deux hommes en tenue qui trainent deux femmes et leurs deux enfants dont une fillette et un bébé. Les militaires bandent les yeux de leurs victimes, les mettent à genou avant de les exécuter.

Dans un premier temps, le porte-parole du gouvernement, le ministre de la Communication de l’époque Issa Tchiroma Bakary soutient la thèse d’un trucage.

C’est lorsque l’affaire fait le tollé sur la toile il y a deux ans, que l’ouverture d’une enquête est ordonnée pour y voir clair, laquelle enquête permettra de mettre la main sur 7 militaires présumés assassins.

Lebledparle.com vous invite à revivre la vidéo d’exécution de Zeleved.


Newsletter :

Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page