Société

Cameroun : Handicapés par de gaves d’accidents de circulation, deux arbitres de football nécessitent de gros moyens pour espérer se rétablir

Gérard Fotso et Christian Koung, motivent un élan de générosité de la part des compatriotes.

Gérard Fotso (c) Droits réservés

C’est allant diriger un match de football que Gérard Fotso et Christian Koung ont été victimes de graves accidents de circulation alors qu’ils allaient officier des matches de championnat national, respectivement en 2017 puis 2018, qui leur ont laissé des séquelles presqu’indélébiles.

A l’issue du violent choc, le premier a perdu l’usage de deux jambes tandis que le second a perdu certains organes de sens.

Pour Mandeng Bakali, l’un des collègues de Gérard Fotso : « Après son accident, la Ligue (La ligue de football professionnel) l’a couvert jusqu’à un montant de 500 000 FCFA. Faute de moyens, il a dû quitter l’hôpital », informe-t-il.

Cependant, Lebledparle.com apprend des sources de Cameroon Tribune en kiosque le 25 septembres 2020 qu’il faut une somme de 9 millions de FCFA aux médecins en Inde pour effectuer une intervention chirurgicale.

De ce fait, « une initiative a été prise par les arbitres, qui ont mis sur pied un fonds de solidarité. Les contributions enregistrées s’élèvent à 2 millions de FCFA », renseigne Mandeng Bakali.

Bien plus, « Il y a aussi son collègue de la Ligue régionale du Centre. Christian Koung, également victime d’un accident en allant diriger un match en 2018. Non seulement, il est tétraplégique, mais il a perdu deux organes de sens, le goût et l’ouïe. Pour lui aussi, 9 à 10 millions de FCFA peuvent lui permettre de recouvrer la santé. Les dossiers médicaux et les factures pro-forma des deux officiels de match se trouvent sur la table de la Fédération camerounaise de football », peut-on lire dans le quotidien national bilingue.


Newsletter :

Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page