Actualités

Au moins 100 morts dans des attaques dans l’ouest du Niger

Une centaine de personnes ont été tuées dans des attaques dans l’ouest du Niger. Ce samedi, les villages de Tchomobangou et de Zaroumdareye, dans la région de Tillabéri, ont été la cible de djihadistes, selon le maire de de la commune.

« Nous venons juste de rentrer des lieux des attaques. A Tchomabangou, il y a eu jusqu’à 70 morts et à Zaroumadareye 30 morts », a déclaré Almou Hassane, le maire de Tondikiwindi, commune qui administre les deux villages ciblés par des terroristes venus à bord d’une centaine de motos. « Il y a eu également 25 blessés dont certains ont été évacués à Niamey et à Ouallam pour des soins », a-t-il ajouté. « Pour attaquer les deux villages (distants de 7 kilomètres), les assaillants se sont divisés en deux colonnes : pendant que l’une attaquait Zaroumadareye, les autres ont attaqué Tchoma Bangou », a précisé le maire.

Les deux villages sont situés à environ 120 km au nord de la capitale Niamey, dans la région de Tillabéri, frontalière du Mali et du Burkina Faso. « L’attaque a eu lieu vers midi et il y a eu des morts », a déclaré un haut responsable de la région de Tillabéri. « Ce sont de nombreux civils qui ont été tués dans une attaque à Tchomobangou », un village du département de Ouallam, frontalier du Mali, a déclaré un élu local sans plus de précisions.« Les assaillants sont venus encercler le village et ils ont tué jusqu’à cinquante personnes. Des blessés ont été évacués à l’hôpital de Ouallam », a affirmé sous le couvert de l’anonymat un journaliste d’une radio locale.

Selon le journaliste, l’attaque de Tchomobangou est survenue dans les environs de Tongo Tongo où quatre soldats américains des forces spéciales et cinq militaires nigériens avaient été tués en octobre 2017 dans une embuscade. Cette attaque avait été revendiquée par le groupe Etat islamique dans le Grand Sahara.

Ces tueries surviennent plus d’une semaine après la mort de sept soldats nigériens dans une embuscade, dans la même région. Le 21 décembre, à six jours de la présidentielle, sept soldats nigériens avaient été tués dans une embuscade dans la même région.

Située dans la zone « des trois frontières », le Tillabéri est souvent frappé par des groupes djihadistes. En mai dernier, vingt personnes, dont des enfants, ont été tués dans deux villages de l’Anzourou. Le 12 décembre dernier, au moins 34 villageois ont été tués et une centaine blessés à Toumour dans la région de Diffa (sud-est), proche du Nigeria, par des hommes du groupe djihadiste Boko Haram, selon les autorités.

L’attaque de samedi intervient alors que le candidat du parti au pouvoir est arrivé en tête du premier tour des présidentielles. Mohamed Bazoum a promis de renforcer la sécurité dans ce pays en proie à des attaques djihadistes depuis plusieurs années. Les autorités locales craignent pour leur part une augmentation de conflits intercommunautaires.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page