Après la libération de Michel Biem Tong, un homme de média dénonce « l’hypocrisie » de la presse camerounaise

85

Quelques heures après la libération de Michel Biem Tong sur ordre de Paul Biya, Michel NGATCHOU alias Chris Bobby, animateur à Magic Fm dénonce l’attitude de certains de ses confrères qui selon lui « Les lampions » pour le cyber activistes

Interpellé le 23 octobre 2018 et détenu pendant trois semaines au Secrétariat d’Etat à la Défense (SED) et déféré à la Prison centrale de Kondengui à Yaoundé le 15 novembre, le patron du site de défense des Droits de l’Homme Hurinews,  n’avait pas bénéficié de la même mobilisation que sa consœur Mimi Mefo, ce qui semble choquer l’animateur de Magic Fm à Yaoundé.

 « Je vois le cœur de la confrérie des hypocrites faire feu de tout bois après la mise en liberté de Michel Biem Tong. Et dire que dans sa cellule, que dis-je dans son cachot, il a été abandonné de tous et ce dès son arrestation. Les lampions s’allument sur lui maintenant pour voiler l’ironie et bientôt sur tous les plateaux pour raconter le temps de son incarcération et quelles leçons il aura tiré. Ma presse, ta presse, notre presse du nombrilisme. En tout cas quand c’etait MIMI MEFO ici on a tout lu… Il pleut sur tous les toits. » S’insurge t-il.

Inculpé pour « apologie du terrorisme », « outrage au Chef de l’Etat », « apologie des cimes d’atteinte à la sûreté de l’Etat », « propagation de nouvelles mensongères susceptibles de nuire aux autorités publiques et à la cohésion nationale », Michel Biem Tong risquait la peine de mort. Il fait partie des 289 personnes libérées ce samedi 15 décembre dans le cadre des activités sécessionnistes dans les régions anglophones camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

LeBledParle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here