Actualités

Algérie : vers une dissolution du Parlement ?

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune va prononcer jeudi soir un « discours à la Nation » dans lequel il pourrait, selon les médias locaux, dissoudre le Parlement et annoncer des élections législatives anticipées.

« Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, adressera jeudi soir un discours à la Nation au cours duquel il abordera des questions nationales et internationales », a indiqué l’agence de presse officielle APS. Ce discours prévu à 19h GMT coïncide avec la journée nationale d’hommage aux « martyrs » de la guerre d’Indépendance (1954-1962).

De retour il y a une semaine d’Allemagne, où il était soigné pour des complications post-Covid, Abdelmadjid Tebboune a eu depuis des consultations avec six partis politiques, dont des formations de l’opposition. Le chef de l’Etat n’a toutefois pas reçu les deux partis majoritaires au Parlement, le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), très impopulaires en raison de leur proximité avec l’ex-président Abdelaziz Bouteflika et son clan.

Ces consultations surviennent dans un contexte de crispation du régime à l’approche du deuxième anniversaire du Hirak, mouvement de protestation populaire inédit déclenché le 22 février 2019 et qui a forcé Abdelaziz Bouteflika à la démission deux mois plus tard. Selon Abdelaziz Belaïd, président d’un parti reçu le week-end dernier, le chef de l’Etat « envisage de dissoudre le Parlement et d’organiser des élections législatives anticipées ».

Il est également possible que le président algérien annonce un remaniement du gouvernement, dont l’ampleur n’est pas connue. Le jour de son départ pour Berlin, Abdelmadjid Tebboune avait exprimé publiquement son insatisfaction devant l’action du gouvernement d’Abdelaziz Djerad, alimentant les rumeurs d’un prochain remaniement.

Enfin, le président algérien pourrait annoncer des mesures d’apaisement, comme la libération de détenus d’opinion à la veille du second anniversaire du Hirak. Une demande formulée par plusieurs des partis qu’il a consultés. Quelque 70 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec les protestations du Hirak et/ou les libertés individuelles, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page