Actualités

Algérie : le gouvernement remanié et l’assemblée dissoute

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune appelle à la dissolution du parlement et à des élections législatives anticipées

Alors que la nation nord-africaine est aux prises avec des crises sanitaires, politiques et économiques, Tebboune a annoncé jeudi dans un discours à la nation qu’il procédera à un remaniement du gouvernement « dans les 48 heures ».

Il avait déjà exprimé son mécontentement à l’égard du cabinet du Premier ministre Abdelaziz Djerad.

« J’ai décidé de dissoudre l’Assemblée populaire nationale pour demander des élections sans argent, qu’il provienne de la corruption ou non, et pour ouvrir les portes aux jeunes » a déclaré le président algérien.

Le président algérien Abdelmajid Tebboune a également appelé à la dissolution du parlement et à la tenue d’élections législatives anticipées.

Après que le gouvernement algérien se soit efforcé d’endiguer les nouvelles manifestations de hirak, Tebboune a accordé l’amnistie à des dizaines de militants du mouvement de protestation en déclarant qu’il avait sauvé l’Algérie.

Environ 70 personnes sont actuellement en prison en raison de leurs liens avec le mouvement Hirak qui exigeait une révision en profondeur du système de gouvernement en place depuis l’indépendance de l’Algérie .

Le discours de Tebboune avait été très attendu, et coïncidait avec une journée nationale rendant hommage aux « martyrs » de la guerre d’indépendance de 1954-1962 contre la domination coloniale française.

Suspendus en mars 2020 en raison des restrictions imposées par la lutte contre la covid-19, les rassemblements avaient repris à l’approche du 22 février, date anniversaire des premières manifestations nationales.

Mardi, des milliers d’Algériens se sont rassemblés dans la ville de Kherrata, dans le nord du pays, où la première grande manifestation a éclaté en 2019 contre la candidature de M. Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel.

Parmi eux se trouvait Karim Tabbou, une personnalité de Hirak qui a été condamné à un an de prison avec sursis en décembre pour « atteinte à la sécurité nationale ».

Le discours de Tebboune à la nation avait été très attendu, et coïncidait avec une journée nationale rendant hommage aux « martyrs » de la guerre d’indépendance de 1954-1962 contre la domination coloniale française.

Il a été élu avec un taux de participation record lors d’un scrutin de décembre 2019 boycotté par le Hirak, a passé un total de trois mois en Allemagne depuis octobre, recevant un traitement pour Covid-19.

Mais il est rentré chez lui vendredi dernier après avoir été opéré du pied, suite à des complications post-covidiennes.

Au cours du weekend, il a tenu des consultations avec plusieurs partis politiques, y compris l’opposition, en vue des élections locales et législatives de la fin de l’année.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page