Société

Yaoundé : Tsimi Evouna somme les agences de transport interurbain basées aux quartiers Tongolo et Etoudi de déguerpir

Dans le cadre des apprêts du Championnat d’Afriques des Nations de football (CHAN) 2020, et de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna a dans un communiqué, sommé les agences de voyage installées aux lieu-dit « feux Tongolo » et carrefour Etoudi de déguerpir.

Image d’illustration (c) Droits réservés

Le délégué du gouvernement demande aux exploitants de ces lieux de prendre attache avec les services techniques compétents de sa municipalité (direction de l’Urbanisme, de l’architecture et du cadre de vie), pour leur délocalisation vers la plateforme d’Olembé.

La décision de Tsimi Evouna qui date du 23 décembre 2019 prend appuie sur la situation géographique de ces compagnies (à proximité du palais présidentiel), ainsi que sur l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) en avril 2020 et de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations 2021. « Des mesures exceptionnelles et urgentes sont prises pour soigner l’image de la ville de Yaoundé », insiste le premier magistrat municipal de Yaoundé.

Cette résolution ne fait pas l’unanimité chez les responsables des compagnies de transport interurbain concernées. Interpellés pour les mêmes raisons en novembre 2019, par Jean-Ernest Massena Ngalle Bibehe, ministre des Transports, Serge Atangana Ambassa, responsable de l’agence Leader voyages scandait : « nous n’avons pas encore été notifiés d’une telle décision, mais si c’est le cas nous allons nous conformer. On ne saurait faire le bras de fer avec le gouvernement », rappelle EcoMatin.

Toutefois, les chefs de compagnie de transport souhaitent voir le gouvernement s’attaquer ardemment au transport clandestin. « Nous payons des taxes, nous remplissons toutes nos obligations envers l’Etat, mais des voitures qui n’appartiennent à aucune agence transportent clandestinement des gens au lieu mobile Emana. Il faut que ça cesse. Quand on va nous envoyer à Olembe et que les autres restent, c’est nous qui allons perdre », se lamente Serge Atangana Ambassa dans les colonnes du journal d’Émile Fidieck.

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page