Actualités

Vivatech : les start-up africaines engagées dans le développement du continent


Avec William Bayiha, envoyé spécial à Paris

Les startups africaines, facteur de développement industriel du continent. Présentes à Paris au salon Vivatech, des entreprises engagées dans le développement des solutions technologiques peuvent être des adjuvants à la transformation du tissu productif du continent.

En République démocratique du Congo, les incubateurs de startups comptent en faire des alliées pour les industries locales.

Je pense qu’il y a des États à l’instar du Nigeria, du Kenya, de l’Afrique du Sud, du Rwanda, qui investissent maintenant dans tout un écosystème d’infrastructures technologiques pour permettre aux entrepreneurs de réfléchir à des solutions

‘‘Je pense que les startups peuvent aider l‘écosystème des industries, c’est-à-dire les aider à augmenter leur efficacité que ce soit au niveau de leur production interne – c’est-à-dire tous les systèmes de SAP, approvisionnement, augmentation de l’efficacité, de la réduction de la perte d’efficience. Mais ensuite, les startups peuvent également aider dans le contact entre l’industrie et ses produits et puis la clientèle, que ce soit la clientèle entreprise ou alors la clientèle privée’‘, explique Khalil Americani, directeur commercial chez Vodacom.

Babacar Birane est à la tête de Concree, un incubateur de startups qui travaille à l’accompagnement des entrepreneurs de l’idée à la croissance. Il constate que beaucoup reste à faire pour concilier le numérique et l’industrie dans le contexte africain.

“Nous en tout cas, on le voit quand on accompagne les startups, quand elles doivent prototyper leurs solutions, quand elles doivent passer à l‘étape de l’industrialisation, elles sont obligées d’importer soit les intrants ou le produit de Chine ou d’autres pays asiatiques. Et ça c’est quand-même un peu dommage. Je pense qu’il y a des États à l’instar du Nigeria, du Kenya, de l’Afrique du Sud, du Rwanda, qui investissent maintenant dans tout un écosystème d’infrastructures technologiques pour permettre aux entrepreneurs de réfléchir à des solutions, de prototyper ces solutions là et de les faire passer en mode industrialisation tout en restant dans le pays”, détaille M. Birane.

Tous les pays africains ne sont effectivement pas logés à la même enseigne. L’Afrique du Sud par exemple multiplie des startups aux technologies industrielles notamment dans le secteur agricole. Des startups qui lèvent des dizaines de millions d’euros.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page