Actualités

Un Officier centrafricain revendique les localités dans l’Adamaoua

Kildadi Taguiéké Boukar est allé féliciter les forces de défense camerounaises. Elles ont refusé il y a quelques semaines de se plier à l’injonction de cet officiel étranger qui leur demandait de décrocher le drapeau camerounais au motif qu’il se trouvait en territoire centrafricain.

C’est vêtu d’un treillis que le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguiéké Boukar, s’est rendu dans les localités camerounaises de Bakari, Ngawi, Badouagodolé, situées dans le département du Mbéré et frontalières avec la République centrafricaine. Le chef de terre est allé féliciter les éléments des forces de défenses déployées dans la zone. Ila décidé de s’y rendre à cause d’un incident qui les a opposés au ministre centrafricain de la défense voilà quelques semaines. Un incident qui a rendu les populations locales inquiètes. « Le ministre centrafricain de la défense de passage pour besson arrivé au niveau de notre poste avancé le BIM (Bataillon d’infanterie motorisée) à trouvé des militaires là-bas. Tout de suite il a demandé qu’on baisse le drapeau, que ce n’est pas le territoire camerounais. Heureusement qu’ils ont riposté, disant qu’ils sont en territoire camerounais et ne peuvent pas baisser le drapeau », rapporte le chef du village Bakari, lieu où s’est produit l’incident.

Le gouverneur a transmis les encouragements du chef de l’Etat et du gouvernement aux soldats. Il s’est dit rassuré par leur engagement à défendre la patrie. « Le calme règne à cette frontière. Nos forces sont présentes. Il y a quelques incursions de quelques rebelles sur notre territoire. Mais aussitôt, nos forces les repoussent. La détermination qui les anime est de nature à nous rassurer qu’aucune partie fut-elle infime de notre territoire ne sera cédée à une force quelconque », a dit le gouverneur Boukar non sans donner des orientations aux forces de défense et aux comités de vigilance.

A travers le département du Mbéré, le Cameroun partage une longue mais poreuse frontière avec la RCA. Il accueille une forte communauté de réfugiés centrafricains.

Source : Camerounweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page