Société

Sud : les jeunes marquent des points contre le viol

Si les « 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes » n’existaient pas, il aurait fallu créer ce concept qui fait tant de bien aux jeunes d’Ebolowa, depuis le lancement de cette 13ème  édition le 25 novembre dernier.

Ebolowa (c) Lebledparle

Seize jours de sensibilisation, de promotion, de renforcement des capacités, de mobilisation et de partage des connaissances et des innovations dans la lutte pour un avenir meilleur exempt de violence à l’égard des femmes et de la jeune fille.

Peu importe les régions et les contextes, des femmes et des jeunes filles sont victimes d’abus et de violence considérables, et il faut mettre en lumière leurs histoires et leur donner la parole : trop c’est trop, l’impunité, le silence, l’ostracisme et la honte font de cette violation des droits de l’homme un fléau mondialement persistant.

L’édition 2019, la 13ème dans le combat, a pour objectif de mobiliser tous les réseaux dans la lutte contre le viol : « Orangez le monde, la génération Egalité s’insurge contre le viol ».

A Ebolowa, sous l’impulsion de la Délégation Régionale de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF)/Sud, l’association « Horizon Jeunes » est allée au cœur des couches vulnérables porter le message et recueillir les avis sous les regards vigilants de notre reporter.

A travers des causeries éducatives, débats radiophoniques, match de football et autres activités de société, plusieurs victimes ont décidé de délier leurs langues et oser parler de cette « histoire honteuse » qui depuis ronge leur âme : des moments d’émotions fortes surtout pour des victimes dont les bourreaux n’étaient autres que des parentés et des personnes de confiance.

Dans un mélange de pleurs, consolations, compassion et counseling, chaque rencontre s’est transformé pour Ferry Ndongo, Coordonnateur « Horizon Jeunes » d’Ebolowa et ses collaborateurs en un nouveau challenge.

A quelques jours de la clôture des activités de cette édition, le 10 décembre prochain, on peut déjà dire que la moisson est fructueuse : reste maintenant à apporter à ces victimes, tous les soins et accompagnement dont elles ont besoin pour mettre hors d’état de nuire ces bourreaux et leurs semblables qui polluent le genre masculin.

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page