Sénégal : Vers un entrepreneuriat social et solidaire pour lutter contre la pauvreté

112

Créer un cadre juridique permettant aux acteurs historiques de l’économie sociale à savoir les associations, les mutuelles, les tontines, les coopératives agricoles de tirer durablement profit de leurs activités est l’initiative développée par le think-tank Legs-Africa et le laboratoire de recherches sur les transformations économiques et sociales (LARTES), en collaboration avec le ministère de l’Economie sociale et solidaire.

«Les gens s’adonnent à des activités génératrices de revenus, mais ne les considèrent pas comme une entreprise. Nous cherchons à faire connaitre aux gens que ce qu’ils font c’est l’économie sociale et qu’il faudrait l’organiser pour qu’ils puissent réellement en tirer profit», déclare Elimane Kane, président de Legs-Africa.

Ce dernier se prononçait lors de l’ «atelier de restitution Etude pour un projet de réforme du cadre juridique des affaires favorables aux entreprises sociales au Sénégal», tenu ce jeudi à Dakar.

L’économie sociale et solidaire peut être comprise comme l’ensemble des pratiques économiques ayant un impact social réel et qui prennent en compte les questions d’éthiques dans la pratique économique, explique Elimane Kane.

L’objectif reste donc d’analyser le rôle de l’entrepreneuriat social dans l’économie sénégalaise.

Ainsi, les politiques de développement local durable et les initiatives des acteurs locaux peuvent aider à reconnaître l’économie sociale et solidaire comme un modèle innovant et durable. Car elle contribue à lutter contre la vulnérabilité des femmes et des jeunes en permettant à ceux-ci de trouver des moyens de subsistance durable, et de vivre dans une société plus humaine et plus solidaire.

Pour ce faire, il faut œuvrer, avec le soutien de l’Etat, pour la mise en place d’une loi qui définit le périmètre de l’entreprise sociale et qui offre une reconnaissance officielle de ses acteurs de l’entreprise sociale. Mais également de reconnaître l’économie sociale comme un mode d’entreprendre spécifique. Et cela par la reconnaissance non seulement des acteurs historiques, mais surtout de la nouvelle entreprise à but social.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here