Sénégal : Edito-Poétisé : «Physique ou verbale, la violence est à éviter» !

43

Au Sénégal, les violences physique et verbale s’accaparent
De notre quotidien et nous viennent pour la plupart
Des politiques qui, dans leur discours, ne peuvent faire la part
Des choses entre leur vouloir et leur devoir de citoyen-leader
Chaque jour qui se lève élève avec lui l‘horreur
Avec ces rixes et empoignades ternissant cette entente si rare
Le cœur, longtemps meurtri, ne pourra continuer de supporter
Les agressions et morsures qu’il a longtemps en lui su porter.

La scène politique s’embrase avec des sorties déshonorables
A tel point que la DIC s’en mêle et convoque un honorable
Portraiturant les juges, Bamba Dieye dressa un vil tableau
Et les traita, sans relâche, de tous les noms d’oiseau
« Irresponsable », lui rétorquera le garde des sceaux,
Et dans ces échanges, chacun montre à raison que l’autre est sot.
L’homme politique, au Sénégal n’a aucune notion du dialogue
Si tu ne le vois pas radoter, tu trouveras qu’il soliloque.

Ailleurs, les rafales tombent sur l’inchangeable ABC
Que ses partisans de toutes leurs âmes veulent voir abaissés
Sacré médiateur ! Il dit ce qu’il pense sans mâcher ses mots
Et contrairement à ses prédécesseurs, il s’attaque clairement aux maux
Ses sorties ne sont pas aimées du côté du pouvoir
Qui l’accuse de parti-pris mais lui royalement s’en moque
En réalité, ces bruits ne lui sont que des chants d’un coq
Qu’il cessera d’entendre après la tombée du soir.

Le pouvoir s’attaque aux candidats déclarés sans retenue
Et ne s’arrêtera sûrement avant que l’élection ne soit tenue
Entre communication et diabolisation, il faut recourir à tout
Pour casser ceux qui auraient un tant soit peu d’atout
L’opposition fait de même et la violence du coup s’invite
Et se saisit de tous pour se répandre de manière subite
A toutes les couches de la population, eh oui, à toutes les classes
Faisant même que naissent au sein des partis d’inouïs clashs.

Des guerres de positionnement qui naguère n’inquiétaient guère
Se muent en batailles physiques avec des partisans qui paient cher.
Plus deux mille dix-neuf s’approche, plus la tension hélas monte
Et tant que le verbe est acerbe, l’action le sera sans honte.

Par Ababacar GAYE

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here