Actualités

RDC – Meurtre à l’hôpital : peine capitale pour l’auteur en cavale

Pour avoir tué par balles l’administrateur d’un hôpital de Kinshasa, le policier Gaëtan Ekawa, jusqu’ici introuvable, a été condamné jeudi à la peine capitale par la Haute Cour Militaire de la capitale de RDC. Le responsable au nom duquel il aurait agi écope de 10 ans de prison.

Au cas où il est rattrapé par la police, Gaëtan Ekawa, dit Ekanga nyama sera exécuté. Le policier a été condamné jeudi à la peine capitale par la Haute Cour Militaire de Kinshasa. À cause de l’affaire Belvis Nkuku Ilo du nom de l’administrateur gestionnaire de l’hôpital Vijana, un établissement public situé dans la commune de Lingwala.

Agissant au nom du ministre provincial de l’Intérieur de Kinshasa, Dolly Makambo Nawezi dont il était garde du corps, Ekanga nyama a abattu à bout portant M. Nkuku Ilo en fin octobre dernier suite à un « un conflit foncier », comme l’avait signifié le général Sylvano Kasongo, chef de la police à Kinshasa.


>>> LIRE AUSSI : RDC – Meurtre à l’hôpital : le ministre provincial Makambo échappe à une suspension

S’il a échappé à une suspension de son poste de ministre provincial, grâce au soutien de députés dont ceux de sa formation, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de l’ancien chef de l‘État Joseph Kabila, Dolly Makambo n’a pas pu se soutraire à la rigueur de la loi.


>>> LIRE AUSSI : RDC : le responsable d’un hôpital abattu par un policier

L’ancien bourgmestre de la commune de la Gombe a été condamné à 10 ans de prison ferme pour « incitation des militaires à commettre des actes contraires aux devoirs et à la discipline », rapporte le site local 7sur7.cd.

Même peine pour Serge Kamanda, chauffeur de Dolly Makambo et Bakachuraki Semeyi, propriétaire du terrain à l’origine du contentieux.

Le vigile de la parcelle Jacques Akilimani passera quant à lui, deux ans derrière les barreaux pour « arrestation arbitraire par aide accessoire », selon un quotidien congolais qui indique aussi que les condamnés ont aussitôt été conduits à la prison de Ndolo.

Reste à savoir si les prévenus ou la partie civile feront appel de ces sentences. Toutefois, ce meurtre pose une fois de plus le problème de la légalité et la légitimité des ordres donnés par des responsables aux agents de l’ordre.

Mais la RDC est loin d‘être le seul pays africain à avoir ce trait de caractère.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page