Pourquoi Free investit dans la diffusion de matchs de foot de Ligue 1 ?

45

Parmi les acquéreurs de droits audiovisuels de diffusion des matches de la Ligue 1, Free s’est immiscé de manière inattendue. Alors qu’elle dévoilait le même jour son offre mobile à prix cassés en Italie, la maison-mère Iliad a remporté « pour moins de 50 millions d’euros » le lot 6 dit « numérique » de l’appel à candidatures pour les saisons 2020/2024 lancé par la Ligue de Football Professionnel (LFP).

« Nous nous félicitons de leur entrée dans le football français sur le lot digital » a commenté la LFP à propos de l’attribution à l’opérateur télécom des droits de diffusion d’extraits en quasi direct (différé) sur tous les matches et les droits magazines en vidéo à la demande.

Pour chacune des 38 journées de Ligue 1, Iliad explique de son côté « qu’il proposera sur ses plateformes fixe et mobile les buts, les plus beaux arrêts et les meilleurs moments de chaque match. À l’issue de chaque journée et pendant toute la saison, un magazine permettra de retrouver le résumé des matchs, les buts, le résumé de la journée et les meilleurs moments. »

Xavier Niel a tancé les opérateurs payant à « prix d’or » des contenus

Cette irruption de Free dans les contenus et l’acquisition de droits sportifs est d’autant plus inattendue que Xavier Niel s’y était jusqu’à présent refusé. Il avait même vertement critiqué la stratégie de SFR (propriétaire de BFMBusiness) dans ce domaine en 2017. « Décrocher à prix d’or des droits, comme certains le font aujourd’hui et comme d’autres ont tenté de le faire hier, pour mieux gonfler leur portefeuille de clients me paraît contraire à l’intérêt du consommateur et potentiellement contraire au droit de la concurrence » n’avait pas hésité à déclarer le fondateur de Free dans un entretien au JDD en octobre 2017.

L’acquisition par Iliad d’un lot « abordable » même s’il représente 50 millions d’euros, marque donc un virage à 180 degrés dans sa stratégie d’acquisition de contenus exclusifs. Cette volte-face intervient à une période où l’ex-trublion des télécoms a perdu des abonnés fixes haut débit sur le premier trimestre 2018.

Une contre-performance commerciale qui a été sévèrement sanctionnée par la Bourse. En se vantant d’être « la seule plateforme à ce jour à disposer de droits (quasi directs) pour l’intégralité des matchs de la Ligue 1 », Free a visiblement changé son fusil d’épaule pour attirer de nouveaux clients ou retenir ses abonnés existants.

(avec BFM Business)

afrik53.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here