Polémique sur le maréchal Pétain: le rétropédalage de l’Élysée

35

Alors qu’Emmanuel Macron avait soutenu cette idée de rendre hommage au maréchal Pétain ce samedi aux Invalides, en début de soirée, l’Élysée a assuré le contraire. Le chef de l’État avait a notamment jugé « légitime » de rendre hommage au maréchal Pétain samedi aux Invalides, soulignant que le dirigeant du régime de Vichy avait été « pendant la Première Guerre mondiale un grand soldat », même s’il a « conduit des choix funestes » pendant la Seconde.

Mais ce mercredi soir, Benjamin Griveaux et Marlène Schiappa ont tenté d’apaiser la situation en assurant qu’« aucun hommage ne sera rendu à Pétain ». « Dans les propos qu’a tenus le président, il n’était nullement question d’hommage républicain, mais de vérité historique », précise le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux sur son compte Facebook.

« Je n’occulte aucune page de l’Histoire »

« Il est légitime que nous rendions hommage aux maréchaux qui ont conduit l’armée à la victoire, comme chaque année. Mon chef d’état-major sera présent à cette cérémonie », a-t-il précisé, interrogé par des journalistes en arrivant à la préfecture des Ardennes pour un conseil des ministres délocalisé. « Je n’occulte aucune page de l’Histoire », a souligné le chef de l’État, en réponse à certaines critiques contre la célébration de Philippe Pétain, qui fut ensuite chef du gouvernement collaborationniste de Vichy (1940-1944).

« Il a été un grand soldat, c’est une réalité. La vie politique comme l’humaine nature sont parfois plus complexes que ce qu’on voudrait croire. » « J’ai toujours regardé l’histoire de notre pays en face », a-t-il lancé. « Je me suis toujours opposé au défaitisme français ou à la complaisance envers toute idéologie. Mais je reconnais la part que nos maréchaux et notre armée ont jouée. Nous lui devons la victoire », « la victoire d’une nation combattante », a-t-il conclu, au 4e jour de son périple de commémoration du centenaire de l’armistice de 14-18.

Une polémique naissante

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) s’est dit « choqué » mercredi par les propos du président Emmanuel Macron. « La seule chose que nous retiendrons de Pétain, c’est qu’il a été, au nom du peuple français, frappé d’indignité nationale lors de son procès en juillet 1945 », a déclaré le président du Crif, Francis Kalifat, cité dans un communiqué. Plusieurs élus, surtout à gauche, ont également protesté. « Le maréchal #Joffre est le vainqueur militaire de la guerre de 14-18. #Pétain est un traître et un antisémite. Ses crimes et sa trahison sont imprescriptibles. Macron, cette fois-ci, c’est trop ! L’Histoire de France n’est pas votre jouet », a tweeté le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a dénoncé mercredi une « mauvaise polémique » après les critiques contre Emmanuel Macron, jugeant « légitime » de rendre hommage au maréchal Pétain samedi aux Invalides. « Je ne rentrerai pas dans cette mauvaise polémique », a déclaré Benjamin Griveaux, appelant à ne pas faire de « raccourcis douteux », avant de citer une phrase du général de Gaulle sur Pétain selon lequel « sa gloire à Verdun ne saurait être contestée ni méconnue par la patrie ». « Il ne faut pas faire de raccourcis douteux. Pétain a servi la patrie en 14 et l’a trahie en 40 », a renchéri Benjamin Griveaux.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here