Paul Atanga Nji : « Toute forme de remise en cause du verdict des urnes ne sera pas tolérée »

91

Le Ministre de l’administration territoriale met en garde les candidats à l’élection présidentielle qui vont contester le résultat du Conseil Constitutionnel, Institution habileté à donner le verdict officiel des votes.

«La proclamation des résultats officiels de l’élection présidentielle relève de la compétence exclusive du Conseil constitutionnel. Personne n’a le droit de se substituer à cette instance juridictionnelle. Toute forme de remise en cause du verdict des urnes en dehors des voies légales, ne sera pas tolérée. Et je dis bien de qui que ce soit», a déclaré Paul Atanga Nji dans son point de presse de bilan de la journée électorale du dimanche7 octobre 2018.

Paul Aanga Nji appelle la responsabilité les acteurs politiques. « J’invite tous les acteurs politiques (…) à faire preuve d’un sens de responsabilité afin que le processus qui a si bien commencé se termine dans le même esprit », leur a répondu après la fermeture des bureaux, Paul Atanga-Nji, ministre de l’Administration territoriale, sur un média d’Etat.le MINAT appelle la responsabilité les acteurs politiques. « J’invite tous les acteurs politiques (…) à faire preuve d’un sens de responsabilité afin que le processus qui a si bien commencé se termine dans le même esprit », leur a répondu après la fermeture des bureaux, Paul Atanga-Nji, ministre de l’Administration territoriale, sur un média d’Etat.

Le MINAT affirme que dans l’ensemble l’élection s’est bien déroulée «dans le calme, la sérénité et la transparence». Toutefois, il reconnait l’incident qui s’est déroulé dans la région de l’Ouest. «En dehors de quelques incidents mineurs à l’instar de ceux enregistrés à Makenene et à Baham, Région de l’Ouest où un sympathisant d’un parti politique d’opposition a été trouvé en possession de bulletin de vote d’un autre candidat, j’insiste sur le fait que l’élection présidentielle s’est déroulée sans perturbation majeure dans les 360 arrondissements du Cameroun et dans les 24 988 bureaux de vote», a-t-il dit.

Le Secrétaire permanent du Conseil national de sécurité reconnait aussi qu’il y a eu des perturbations dans les deux régions anglophones. Ce dimanche, trois hommes armés, séparatistes présumés, qui tiraient sur des passants à Bamenda, capitale du Nord-Ouest, ont été abattus dimanche matin après avoir été traqués par les forces de sécurité. Des coups de feu d’origine inconnue ont été entendus à la mi-journée à Buea. Une voiture du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune et celle du sous-préfet ont également été prises pour cibles. «Ces incidents n’ont cependant pas été de nature à entacher la sincérité et la crédibilité du scrutin tenu ce jour (…) et qui a vu la participation de 4094 observateurs soit 3662 observateurs nationaux et 432 observateurs internationaux», affirme Paul Atanga Nji.

LeBledParle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here