International

Nigeria: la police libère 19 femmes d’une usine à bébés

La police nigériane a libéré à Lagos 19 femmes enceintes détenues dans des maisons décrites comme des « usines à bébés ».

La plupart des femmes avaient été enlevées « dans le but de les mettre enceintes et de vendre les bébés », selon un communiqué de la police.

Deux femmes qui travaillaient dans ces endroits comme des infirmières sans aucune formation ont été arrêtées, mais le principal suspect est en fuite.

La police a déclaré que les bébés seraient vendus au prix de 1 400 $ pour les garçons et 830 $ pour les filles.

Elle a ajouté que les enfants devaient faire l’objet d’un trafic, mais on ignore qui étaient les acheteurs potentiels et où ils se trouvaient.

Les cas de présumés « usines à bébés » ne sont pas rares au Nigeria.

Il y a eu dans le passé plusieurs raids, dont un l’année dernière, qui ont permis de secourir 160 enfants.

Cette fois, quatre enfants ont été secourus.

Les femmes secourues, âgées de 15 à 28 ans, avaient été attirées à Lagos, la plus grande ville du Nigéria, depuis différentes parties du pays, avec la promesse d’un emploi.

Mais elles ont ensuite été détenues dans les propriétés et violées.

« Une femme est venue me chercher à la gare routière et m’a amenée ici « , a déclaré au journal Vanguard l’une des personnes secourues.

« Le lendemain, j’ai été convoquée par notre maquerelle, qui m’a dit que je ne quitterais pas les lieux avant l’année prochaine « , aurait-elle déclaré.

« Jusqu’à présent, j’ai couché avec sept hommes différents avant de découvrir que j’étais enceinte. On m’a dit qu’après l’accouchement, je serais bien payé. »

Les femmes et les enfants ont maintenant été relogés et sont en cours de réhabilitation, a indiqué la police.

Source : Camerounweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page