Actualités

Nigeria : 4 soldats tués et 11 blessés dans une nouvelle attaque jihadiste

Quatre soldats nigérians ont été tués et onze blessés samedi soir dans une attaque menée par l’ISWAP, branche du groupe Boko Haram affiliée à l’Etat Islamique, sur une base militaire dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué dimanche des sources sécuritaires à l’AFP.

Les combattants de l’Etat Islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) sont arrivés à bord de six camions militaires pour attaquer la base de Jakana située à 42 kilomètres de la capitale de l’Etat du Borno, Maiduguri, ont déclaré deux sources militaires sous couvert de l’anonymat.

Après de longs échanges de tirs, “nous avons perdu quatre soldats et 11 ont été blessés”, a précisé une de ces sources.

“Les ont attaqué notre détachement vers 17h30 (16H30 GMT), mais nous avons répliqué et forcé à se replier”, a souligné un officier de l’armée présent au moment de l’attaque et donnant le même bilan.

L’insurrection de Boko Haram et de sa faction ISWAP, affiliée au groupe Etat islamique, continue à faire rage dans la région du lac Tchad.

Le groupe jihadiste Boko Haram est né au Nigeria, et les combats entre le groupe et l’armée a fait au moins 35.000 morts depuis 2009, et se sont propagés au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins.

L’ISWAP est particulièrement actif autour du lac Tchad, une vaste étendue d’eau truffée d‘îlots et de marécages servant de repaires et de camps d’entraînement.

L’ISWAP mène de nombreux raids contre les bases militaires et des attaques directes contre les forces de sécurité nigérianes et régionales. Fin décembre, six soldats nigérians ont été tués dans un nouveau raid des jihadistes.

Cette semaine, les 1.200 soldats tchadiens, qui étaient déployés depuis neuf mois au Nigeria dans le cadre de la lutte régionale contre le groupe jihadiste sont rentrés au Tchad, officiellement au terme de leur mission.

Leur départ a semé la panique dans la petite ville de Gajiganna, à proximité de Monguno, deux bases où étaient regroupées les forces tchadiennes, et les soldats nigérians ont également quitté leur base.

Des centaines de civils nigérians installés à proximité des contingents tchadiens ont fui vers Maiduguri par crainte de nouvelles attaques des jihadistes.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page