Société

Maroc : Après avoir écrasé un troupeau de mouton, un français écope d’une peine d’emprisonnement

Il y a quelques jours, un ressortissant français avait défrayé la chronique au Maroc. Sur une vidéo qui a été relayée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux, un ressortissant français, à bord d’un véhicule, fonce délibérément sur un troupeau de moutons devant les yeux horrifiés d’un jeune berger qui gardait les animaux. Cet incident s’est déroulé aux alentours de la Plage David, dans une petite commune proche de la localité de Bouznika. Suite à la diffusion de la vidéo, le jeune berger qui a vu les moutons périr sous ses yeux, a reçu le soutien de plusieurs internautes.Des membres de la société civile et des structures de droits de l’Homme se sont mobilisés pour porter assistance au jeune berger et au propriétaire du troupeau afin d’obtenir réparation après ce préjudice.

 

Troupeau de moutons (c) Droits Réservés

D’après les autorités judiciaires, l’individu responsable des faits, le ressortissant français a été arrêté. Pour sa défense, il dira que les moutons avaient pénétré dans sa propriété. Reconnu coupable pour son forfait, l’homme a été condamné à un mois de prison ferme. En plus de cette peine d’emprisonnement, l’individu va devoir s’acquitter d’une amende de 500 dirhams (environ 50 euros) et verser une réparation de 20.000 dirhams (2.000 euros) au propriétaire du troupeau. Cette affaire avait suscité un véritable émoi sur les réseaux sociaux avant d’être nommée le «massacre de moutons de plage David». Les réseaux sociaux ont une fois de plus permis d’alerter l’opinion publique au Maroc sur des fait qui se déroulent dans les camapgnes réculées du pays t qui sont généralement passés sous silence. Grâce à la mobilisation des internautes et l’intervention de la société civile, justice a été faite.

Voiture fonçant sur les moutons

 

Newsletter :

Déjà plus de 6000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page