A la uneActualités

Mali : le bilan de l’attaque à la frontière nigérienne monte à 30 soldats tués

Trente soldats maliens ont été tués lundi dans une attaque attribuée aux jihadistes dans l’est du Mali, à proximité de la frontière nigérienne, a-t-on appris mardi de source sécuritaire malienne, alors que l’armée avait jusqu’ici fait état d’un bilan de 24 militaires tués.

“Trente corps de soldats tombés au cours d’une mission dans le secteur de Tabankort (région de Ménaka) sont arrivés à Gao (nord) en provenance de Niamey (Niger)” mardi à la mi-journée, a précisé cette source.

Les victimes devaient être enterrées mardi dans un camp militaire de Gao, grande ville du nord du Mali, en présence du ministre de la Défense, Ibrahima Dahirou Dembélé, selon la source sécuritaire malienne.

Les recherches de soldats “dispersés” lors de l’attaque se poursuivent, a-t-elle ajouté. Les forces maliennes et nigériennes menaient une opération conjointe lundi contre les jihadistes quand une patrouille a été attaquée dans cette zone frontalière, selon l’armée malienne.

Les “terroristes” (les jihadistes dans le vocabulaire de l’armée malienne) ont eux-mêmes perdu 17 hommes, tués dans les combats, et une centaine de “suspects” ont été capturés et étaient aux mains des forces nigériennes, avait dit lundi l’armée malienne sur les réseaux sociaux.

Cette nouvelle attaque meurtrière est intervenue alors que l’armée française annonçait la mort ou la capture d’une trentaine de jihadistes en novembre, lors d’une vaste opération conjointe avec les forces burkinabè, maliennes et nigériennes aux confins du Burkina Faso et du Mali et lors d’une autre opération des seuls commandos français dans l’est du Mali samedi.

Un soldat français a été gravement blessé en opération samedi, a-t-elle dit. L’attaque de lundi constitue un coup dur de plus pour l’armée malienne après la mort d’une centaine de soldats dans deux attaques jihadistes en un mois cet automne dans les mêmes confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso.

C’est aussi une illustration supplémentaire de la dégradation continue de la sécurité qui alarme la communauté internationale dans cette région et plus largement au Sahel.

Depuis leur apparition dans le nord du Mali en 2012, les violences jihadistes se sont propagées vers le centre du pays et au Burkina et au Niger voisins, malgré la présence des forces françaises (Barkhane), régionales (force conjointe du G5 Sahel comprenant le Mali, le Burkina, le Niger, la Mauritanie et le Tchad) ou de l’ONU (Minusma).

AFP

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page