Loyers, retraite, épargne… les conséquences de l’emballement de l’inflation sur votre quotidien

63

L’inflation a atteint son plus haut niveau en 6 ans. Cela va vous toucher de façon plus concrète que vous ne le croyez.

Ca y est, l’inflation est vraiment de retour en France. Les prix à la consommation ont augmenté de 2,3% sur un an en juillet, selon une estimation provisoire de l’Insee. Soit la plus forte progression enregistrée depuis plus de 6 ans (mars 2012). Cet emballement va avoir des impacts concrets sur de nombreux pans de la vie quotidienne, certains étant négatifs, d’autres positifs. Voici les principaux effets à attendre.

Un panier de courses, des cigarettes et un plein plus cher

Evidemment, la hausse des prix à la consommation fait grimper la facture à la caisse des supermarchés. La revalorisation des étiquettes concerne tout particulièrement les produits frais (+6,3% sur un an). Les tarifs de l’énergie affichent une progression encore plus forte hausse (+14,3%), du fait notamment de la hausse des taxes sur les carburants en début d’année et de la remontée des cours du pétrole. Autre envolée, celle des prix du tabac (+16,8%), là encore du fait du relèvement des taxes, qui va se poursuivre jusqu’en 2020.

Des loyers à la hausse

C’est une mauvaise nouvelle pour les locataires, mais une bonne pour les propriétaires-bailleurs : l’inflation va entraîner des augmentations plus conséquentes des loyers. La hausse des prix à la consommation va en effet se répercuter sur l’indice de référence des loyers, qui sert de base pour leur revalorisation annuelle. Cet indice s’affichait à 1,25% au 2ème trimestre, autorisant donc une revalorisation de cette ampleur pour les baux signés entre juillet et septembre (sauf si le bail mentionne un autre indice). La hausse risque d’être encore plus salée pour les baux signés au quatrième trimestre…

Des pensions de retraite potentiellement dégelées

Cela fait maintenant 5 ans que les pensions versées par les régimes complémentaires du privé, l’Agirc et l’Arrco, sont gelées. Mais cela pourrait changer le 1er novembre prochain, date de la traditionnelle revalorisation annuelle. Certes, les règles actuelles limitent la hausse à l’inflation, moins 1 point. Mais avec une inflation au-dessus de 2%, on peut légitimement espérer une augmentation d’au moins 1%… Les pensions de base devraient aussi être revalorisées, mais il faudra attendre 2019 pour cela. Celles-ci étaient jusque-là traditionnellement revalorisées le 1er octobre mais le gouvernement a récemment décidé de reporter cette date au 1er janvier.

Des prestations sociales plus fortement revalorisées… sauf les APL

Au-delà des pensions de retraite, de nombreuses prestations sociales sont liées à l’inflation : allocations familiales, prime d’activité, RSA… Leurs bénéficiaires peuvent donc espérer de plus fortes hausses lors de la prochaine revalorisation annuelle (en avril 2019 pour la plupart). A noter que les personnes touchant les APL ne profiteront pas de la remontée de l’inflation cette année : alors que cette aide au logement est traditionnellement revalorisée en octobre, le gouvernement a décidé de la geler cette année.

Un Smic et des salaires plus élevés

Si l’inflation se maintient à ce niveau, le Smic sera probablement revalorisé plus fortement en janvier prochain, puisque son montant est directement lié au niveau des prix. Le reste des salariés peut aussi espérer des augmentations plus généreuses l’année prochaine, les représentants syndicaux étant généralement plus prompts à réclamer des compensations lorsque l’inflation est forte, afin de préserver le pouvoir d’achat.

Un taux plus attractif pour le Livret A… mais pas avant 2020

L’inflation a normalement un impact direct sur le taux du Livret A, puisque sa formule en dépend. On pourrait donc espérer que la hausse des prix fasse enfin redécoller cette rémunération, qui se situe à son plus bas niveau historique depuis maintenant 3 ans, à 0,75%. La mauvaise nouvelle, c’est que le gouvernement a gelé ce taux jusqu’en février 2020. Il faudra donc patienter… sachant en plus que la formule de calcul sera moins favorable que celle appliquée actuellement. 

(avec capital.fr)

afrik53.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here